Covid-19 : la Haute autorité de Santé donne son feu vert aux autotests

Covid-19 : la Haute autorité de Santé donne son feu vert aux autotests©NICOLAS TUCAT / AFP

publié le mardi 16 mars 2021 à 18h33

Ce nouvel outil vient compléter l'arsenal du dépistage et donne des résultats en "20 à 30 minutes", a indiqué la professeure Dominique Le Guludec, présidente de l'autorité sanitaire.

Leur autorisation avait été annoncée par le directeur général de la Santé Jérôme Salomon. Selon la Haute autorité de Santé (HAS) ce mardi 16 mars, les autotests sur prélèvement nasal, pour dépister une infection par le virus du Covid-19, peuvent être utilisés par des personnes sans symptômes de plus de 15 ans.


Tout autotest antigénique positif doit ensuite faire l'objet d'une confirmation par test RT-PCR, permettant également de caractériser le variant en présence, précise-t-elle encore.

"On va se rassurer avec cet autotest, on pourra en faire régulièrement", a souligné dimanche Jérôme Salomon.

Comme un test de grossesse

Ce nouvel outil vient compléter l'arsenal du dépistage et donne des résultats en "20 à 30 minutes", a indiqué la professeure Dominique Le Guludec, présidente de l'autorité sanitaire.

Le résultat se visualise comme pour un test de grossesse.

Des autotests sont déjà disponibles en Allemagne, Autriche, Pays-Bas et depuis quelques jours en Angleterre, a relevé le docteur Mathieu Carbonneil de la HAS.  

Le prélèvement nasal que l'on fait pour l'autotest est moins profond (3-4 cm) et moins désagréable que le prélèvement nasopharyngé pour les tests RT-PCR classique.

"Pas de données d'efficacité chez les moins de 15 ans"

La HAS est favorable à la prise en charge de ces autotests "dans le cadre d'actions de dépistages médicaux" avec, par exemple une mise à disposition des autotests. Mais il n'appartient pas à la HAS de se prononcer sur une éventuelle prise en charge de leur usage à titre privé, selon Dominique Le Guludec.

Ces autotests antigéniques peuvent être utilisés par des gens asymptomatiques de plus de 15 ans dans le cadre d'une utilisation restreinte à la sphère privée (par exemple, avant une rencontre avec des proches...). L'autotest rapide sur prélèvement nasal "devra idéalement être réalisé le jour même ou à défaut la veille de la rencontre".

"Il n'y a pas de données d'efficacité chez les moins de 15 ans", a noté le Mathieu Carbonneil.

Ces autotests peuvent servir dans une indication médicale en complémentarité des modalités de dépistage existantes : chez les personnes asymptomatiques de plus de 15 ans, dans le cadre d'un dépistage répété ciblé à large échelle en alternative aux TDR/TROD (test diagnostic rapide ou test rapide d'orientation diagnostic) antigéniques sur prélèvement nasopharyngé ou nasal (moins profond).

Le choix entre TDR/TROD et autotest dépend du mode d'organisation du dépistage et de la volonté et de l'aptitude à réaliser elles-mêmes le test des personnes à dépister.

La décision finale au ministère de la Santé

Les tests rapides TROD/TDR sur prélèvement nasal, qui peuvent notamment être utilisés chez les asymptomatiques de plus de 15 ans dans le cadre d'un dépistage répété, par exemple chez des lycéens et des étudiants, doivent aussi faire l'objet d'une confirmation par test RT-PCR nasopharyngé et d'une recherche de variant. La HAS est favorable à leur prise en charge par l'Assurance maladie dans cette indication médicale, parmi d'autres.

Les fabricants d'autotests devront soumettre chacun leur tests à l'Agence des médicaments ANSM et la décision finale revenant au ministère de la Santé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.