Covid-19 : la HAS recommande la vaccination de 360.000 enfants de 5 à 11 ans fragiles

Covid-19 : la HAS recommande la vaccination de 360.000 enfants de 5 à 11 ans fragiles
Une enfant recevant une dose de vaccin à Los Angeles, aux États-Unis, le 5 novembre 2021.

publié le mardi 30 novembre 2021 à 12h03

Avant de recommander la vaccination au reste de la classe d''âge, la HAS veut auditionner les parties prenantes.

La Haute autorité de santé (HAS) a recommandé mardi 30 novembre de vacciner contre le covid-19 les enfants de 5 à 11 ans fragiles, quelques jours après une autorisation délivrée par les autorités sanitaires européennes. En France, quelque 360.000 enfants sont concernés.

La HAS recommande la vaccination pour les enfants âgés de 5 à 11 ans "qui présentent un risque de faire une forme grave de la maladie et de décéder et pour ceux vivant dans l'entourage de personnes immunodéprimées ou vulnérables non protégées par la vaccination".

Le 25 novembre , l'agence européenne du médicament (EMA) avait autorisé l'usage du vaccin Comirnaty de Pfizer chez les enfant de 5 à 11 ans.



Soulignant la reprise épidémique en France et la vaccination des enfants âgés de 12 à 17 ans, la HAS avance que la tranche d'âge 6-11 ans est "désormais celle, parmi les enfants scolarisés, qui enregistre le taux d'incidence le plus élevé". Et si le risque de développer une forme grave est 25 fois inférieur chez un enfant que chez un adulte, ils peuvent toutefois être victimes "syndromes inflammatoires multi-systémiques pédiatriques", rares, mais graves.

"Trois décès directement liés à la Covid-19 ont été recensés chez les enfants âgés de 5 à 11 ans depuis mars 2020", note la HAS.

En conséquence, la Haute autorité recommande de vacciner 360.000 enfants présentant des comorbidités. Cela concerne les enfants qui souffrent de maladies hépatiques chroniques, maladies cardiaques et respiratoires chroniques (y compris l'asthme sévère nécessitant un traitement continu), maladies neurologiques, immunodéficience primitive ou induite par médicaments, obésité, diabète, hémopathies malignes, drépanocytose et trisomie 21. La HAS recommande également d'inclure les enfants ayant souffert récemment d'un cancer et ceux concernés par une maladie rénale chronique ou encore un handicap neurologique. Elle estime également que les médecins spécialistes des maladies rares devraient pouvoir proposer la vaccination au as par cas.

Par ailleurs, "il est préconisé de vacciner les enfants de 5 à 11 ans vivant dans l'entourage de personnes immunodéprimées ou celui de personnes vulnérables non protégées par la vaccination", écrit la HAS.

Enfin, "la HAS et la Commission technique des vaccinations vont auditionner les parties prenantes avant de rendre un avis sur la pertinence de l'élargissement de la campagne de vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans." Seront étudiés les risques et bénéfices médicaux, psychologiques, sociaux, éducatifs, mais aussi l'acceptabilité par les parents ou les questions éthiques.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.