Covid-19 : la France repasse la barre des 1.000 patients en soins intensifs

Covid-19 : la France repasse la barre des 1.000 patients en soins intensifs
Photo d'illustration

publié le jeudi 29 juillet 2021 à 21h30

Selon les données de Santé Publique France, 25.190 nouveaux cas ont été comptabilisés en 24 heures.

Alors que les contaminations s'envolent, la pression sur les hôpitaux s'accentue de nouveau jeudi 29 juillet. Plus de 1.000 patients malades d'une forme grave du Covid-19 étaient traités à l'hôpital dans les services de soins critiques, tandis que le nombre quotidien de nouvelles contaminations restait au-dessus des 25.000, selon les chiffres de Santé publique France. 

Les services de soins critiques comptaient 1.015 malades, contre 992 mercredi et 868 il y a une semaine, avec 91 nouvelles admissions dans les dernières 24 heures.


Cet indicateur était passé sous le seuil de 1.000 après le 6 juillet (1.032 patients), avant d'entamer une lente remontée. Le nombre d'hospitalisations a lui aussi légèrement augmenté, avec 7.236 patients jeudi contre 7.208 mercredi et 501 nouvelles admissions depuis la veille.  

Un taux de positivité stable 

La progression est plus marquée pour les chiffres sur une semaine, qui lissent la tendance. On compte 2.718 hospitalisations, dont 544 admissions en soins critiques sur sept jours, contre respectivement 1.628 hospitalisations et 321 admissions en réanimation il y a une semaine. 

Côté contaminations, le nombre de nouveaux cas positifs s'est établi jeudi à 25.190, contre 27.934 la veille (un plus haut depuis le 28 avril) et 21.909 il y a une semaine. Le taux de positivité atteignait 4,3%. 

111.795 morts depuis le début de l'épidémie 

La maladie a emporté 29 patients en 24 heures à l'hôpital, portant le total des décès à 111.795 depuis le début de la pandémie.

Sur le front de la vaccination, depuis le début de la campagne fin 2020, 41.674.094 personnes ont reçu au moins une injection (soit 61,8% de la population totale) et 34.758.961 personnes ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 51,6% de la population totale), a indiqué la Direction générale de la santé dans un communiqué.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.