Covid-19 : la France est-elle vraiment le pays européen où l'épidémie est "la mieux maîtrisée" ?

Covid-19 : la France est-elle vraiment le pays européen où l'épidémie est "la mieux maîtrisée" ?
Paris le 2 novembre 2020.

, publié le samedi 12 décembre 2020 à 11h40

Si la France est plutôt bien située en ce qui concerne le nombre de cas positifs au Covid-19 dans le classement du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, c'est en revanche moins le cas en ce qui concerne le nombre de morts. Néanmoins, la situation sanitaire semble rester stable, alors que l'épidémie repart à la hausse en Allemagne ou au Royaume-Uni. 

Si la stagnation des cas quotidiens de Covid-19 ne permet pas le déconfinement prévu le 15 décembre, avec un couvre-feu avancé à 20h même pour le Nouvel an et l'ouverture des salles de cinéma, théâtre et musée repoussée, le Premier ministre Jean Castex s'est néanmoins félicité jeudi 10 décembre lors de sa conférence de presse que c'était "en France que l'épidémie est aujourd'hui la mieux maîtrisée par rapport à nos voisins européens".

L'Hexagone est "aujourd'hui un des pays européens qui (la) maîtrise le mieux", a également affirmé vendredi Emmanuel Macron à Bruxelles. Mais qu'en est-il vraiment ?




Selon les données du 11 décembre du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), la France figure effectivement parmi les pays où on enregistre le moins de cas positifs au Covid-19 avec 230 cas pour 100.000 habitants cumulés sur 14 jours derrière la Belgique (254), le Royaume-Uni et l'Allemagne (320), l'Italie (459), ou encore le Luxembourg, en tête du classement avec 1.293 cas par habitants. 

Néanmoins, l'Irlande, premier pays d'Irlande à avoir reconfiné sa population, s'en sort bien mieux avec 76 cas pour 100.000 habitants cumulés sur 14 jours, tout comme l'Islande (56), la Norvège (99) la Finlande (116), la Grèce (205), ou encore l'Espagne (219), qui avait refusé d'instauré un reconfinement mais instauré un couvre-feu de 23h à 6h. 

Si la France est plutôt bien située en ce qui concerne le nombre de cas positifs au Covid-19 dans le classement du ECDC, c'est en revanche moins le cas en ce qui concerne le nombre de morts. Bien loin de la Bulgarie et ces 26,8 morts pour 100.000 habitants cumulés sur 14 jours et de l'Italie (16), elle enregistre tout de même 8,9 morts pour 100.000 habitants, juste derrière le Royaume-Uni (9,1) et le Portugal (10,4). L'Allemagne compte de son côté 6,5 morts pour 100.000 habitants et l'Espagne 6,3. 

Une reprise de l'épidémie en Allemagne, au Royaume-Uni, en Suisse, aux Pays-Bas...

Alors qu'en France le nombre de cas de contaminations quotidiens stagne, voire augmente légèrement, elle reste stable. Ce n'est pas le cas partout. En Allemagne, le nombre de contaminations repart à la hausse depuis quelques jours après avoir stagné tout au long du mois de novembre. Le pays a enregistré jeudi un nouveau record de plus de 600 décès en 24 heures, alors que la chancelière Angela Merkel avait appelé la veille à un durcissement du confinement.

Le virologue Steven Van Gucht a également affirmé sur BFMTV que le virus circulait à "un niveau trop élevé et dangereux" en Belgique. "Contrairement aux Pays-Bas ou à l'Allemagne, nous ne constatons heureusement pas encore de nouvelle hausse générale", a expliqué ce spécialiste mais les nouvelles contaminations ne diminuent quasiment plus depuis deux semaines et "la charge des hôpitaux est encore trop élevée".

La Suisse connaît de son côté une croissance "exponentielle" de l'épidémie, selon sa présidente Simonetta Sommaruga qui parle d'une "situation critique". Au Royaume-Uni, le secrétaire d'Etat à la Santé britannique, Matt Hancock, s'est dit "particulièrement préoccupé" par la flambée du nombre de cas à Londres et dans le sud-est de la Grande-Bretagne, et a annoncé une campagne de dépistage chez les jeunes des zones les plus touchées.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.