Covid-19 : "La décrue a commencé", selon le Pr Fontanet

Covid-19 : "La décrue a commencé", selon le Pr Fontanet
Arnaud Fontanet à Paris, le 25 novembre 2020.

publié le lundi 17 janvier 2022 à 10h38

Comme de nombreux experts, le professeur estime que le Covid-19 va sortir de sa phase pandémique et va devenir une maladie saisonnière à l'image de la grippe.

"Le scénario du pire s'éloigne", a estimé lundi 17 janvier le Pr Fontanet, selon qui le nombre d'infection a continuer de décroître dans les semaines à venir. Le nombre d'hospitalisations pourrait tout de même continuer à progresser pendant encore quelques jours.

"Le scénario du pire s'éloigne, la décrue a commencé, le pic des infections au Covid-19 a été passé ces jours-ci au moins en Île-de-France", a expliqué sur France Inter l'épidémiologiste de l'Institut Pasteur. "Les admissions à l'hôpital pourraient continuer a augmenter, a-t-il nuancé. Le pic sera atteint dans la semaine qui vient." Ainsi, dans les prochaines semaines, "les hôpitaux seront encore très sollicités".


"Le nombre d'infections va décroître au mois de février", a expliqué le membre du Conseil scientifique, qui reconnaît toutefois qu'il ne s'agit que de "projections".

"Delta est à un niveau très faible, 90% des variants testés ont pour origine Omicron", une situation comparable à l'Angleterre (94%), "et ils ont deux semaines d'avance". Mais "il n'est pas exclu que Delta remonte dans les semaines qui viennent".


"Des éléments laissent entendre que si vous avez été infectés par Omicron, vous êtes en parti protégés contre le variant Delta", a également avancé le professeur, même si, a-t-il rappelé, ni infection ni vaccin ne protège entièrement contre l'infection. "On n'a pas d'immunité que l'on appelle stérilisante, ce virus va s'installer", "va circuler et on aura très régulièrement, probablement, pendant les phases hivernales des épidémies de Covid-19 dans les années qui viennent", selon lui.

"À chaque vague, on a renforcé notre immunité, a encore avancé Arnaud Fontanet. On espère que l'on ne verra plus de formes graves dans des quantités telles qui nous obligent à prendre des mesures pour protéger les hôpitaux."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.