Covid-19 : la braderie de Lille de nouveau annulée cette année

Covid-19 : la braderie de Lille de nouveau annulée cette année
La braderie de Lille le 2 septembre 2017.

publié le mardi 29 juin 2021 à 19h00

Assurant qu'il s'agissait d'un "crève-coeur", la maire de Lille Martine Aubry a préféré annuler l'événement prévu en septembre "par précaution" face aux incertitudes liées à l'évolution de la pandémie de Covid-19. 

La braderie de Lille est une nouvelle fois victime de l'épidémie de Covid-19. La maire de Lille Martine Aubry a annoncé mardi 29 juin en conseil municipal l'annulation de cet évènement rassemblant 10.000 exposants et jusqu'à deux millions de personnes, prévu initialement les 4 et 5 septembre. 



Après en avoir parlé à plusieurs reprises avec le préfet, nous avons conjointement pris la décision d'annuler la braderie des 4 et 5 septembre", a indiqué l'édile socialiste.

Elle a expliqué avoir attendu "au plus", espérant "que le taux de vaccination soit plus élevé". "Et peut-être n'attendions-nous pas les variants qui arrivent et qui sont déjà dans la région?", a-t-elle ajouté. 

C'est donc "par précaution" que la maire a expliqué avoir pris cette décision. "C'est toujours un crève-cœur, mais la lutte contre la pandémie demeure la priorité", a-t-elle assuré. 

C'est la troisième fois que la braderie de Lille est annulée. Elle avait déjà été annulée l'année dernière pour cause de crise sanitaire et en 2016, elle avait été annulée en raison de la menace terroriste après l'attentat du 14 juillet à Nice.

Cette année, il y aura cependant "toujours une braderie des commerçants, la braderie de la Bande Dessinée au Palais des Beaux-Arts, des animations culturelles pendant tout le week-end", a souligné Mme Aubry. 

"Une décision de bon sens"

"La santé publique passe avant tout mais ça démontre que septembre ne sera pas de tout repos pour tous ceux qui vivent de ces évènements et notamment ceux qui travaillent à la braderie : restaurateurs, évènementiel, à qui on dit que ce ne sera pas reparti en septembre et qui vont se retrouver à nouveau sans visibilité", a réagi auprès de l'AFP le président de la chambre des métiers et de l'artisanat des Hauts-de-France, Laurent Rigaud. "C'est une surprise, je pensais qu'ils allaient la dimensionner et la réduire", a-t-il ajouté, soulignant que la manifestation se déroulait à l'air libre.

Pour Romuald Catoire, président de la fédération lilloise du commerce, l'annulation ne constitue qu'une "demi surprise" et est une "décision de bon sens". "On va se concentrer sur une possibilité d'une braderie des commerçants comme c'était le cas en 2020 pour accompagner les commerçants qui en ont sacrément besoin, avec quelques animations, la piétonisation pour permettre des files d'attente à l'extérieur", complète-t-il.

"Deux millions de personnes dans une ville comme Lille, ça laisse assez peu de possibilité de distanciation physique", estime Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille, saluant une "décision d'une grande sagesse" de Martine Aubry. "Peut-être que début septembre, on n'aura pas réussi à avoir un taux de vaccination qui permettrait de bloquer la circulation du variant Delta", prévoit-il, soulignant qu'il suffit de "5 à 10% de Français non-vaccinés pour faire une vague" et arriver à nouveau à une saturation du système hospitalier.

Outre un effort accru sur la vaccination, il préconise de "repousser un peu la levée des restrictions prévue le 30 juin" et de ne plus rembourser les tests à répétition des gens qui refusent de se faire vacciner. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.