Covid-19 : "L'obligation vaccinale n'est pas le choix que la France a fait", assure Olivier Véran

Covid-19 : "L'obligation vaccinale n'est pas le choix que la France a fait", assure Olivier Véran
Le ministre de la Santé Olivier Véran, le 25 novembre 2021, à Paris.

publié le mercredi 01 décembre 2021 à 14h40

"Qui dit obligation dit contrôle et sanction, donc la faisabilité n'est pas évidente", a fait valoir mercredi le ministre de la Santé alors que la question de la vaccination obligatoire contre le Covid-19 s'impose de plus en plus.

Alors que la cinquième vague de Covid-19 déferle sur l'Europe, la question de la vaccination obligatoire, dont la plupart des gouvernements refusaient d'entendre parler il y a encore peu, se pose de plus. L'Autriche a décidé de l'imposer dès février prochain, tandis que le parlement allemand va être appelé à se prononcer d'ici la fin de l'année sur une proposition de loi.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a de son côté estimé mercredi 1er décembre que l'UE devrait avoir dès maintenant une "discussion" sur le sujet alors que le nouveau variant Omicron inquiète la planète. 

Une possibilité néanmoins écartée en France, a assuré mercredi midi Olivier Véran, qui mise tout sur la campagne de rappel vaccinal massive.


"L'obligation vaccinale n'est pas le choix que la France a fait", a rappelé le ministre de la Santé depuis le IXe arrondissement de Paris. "Qui dit obligation dit contrôle et sanction, donc la faisabilité n'est pas évidente", a-t-il fait valoir. "On sait faire une obligation vaccinale chez les tous petits, chez les nourrissons (...). Chez les adultes c'est plus compliqué", a-t-il insisté, tout en rajoutant que ce n'était pas "impossible".

"Nous avons encore notre destin entre nos mains"

"Nous avons fait le choix du pass sanitaire qui a été un incitatif puissant, et nous avons fait le choix de multiplier toutes les opérations 'd'aller vers'", a ajouté le ministre, neurologue de formation, précisant que couverture vaccinale en France était "beaucoup plus importante" que celle de nos voisins européens qui aujourd'hui s'interrogent sur le sujet. À ce jour, 52 millions de Français ont reçu une première injection de vaccin, soit plus de 90% de la population éligible. 

"Bien sûr, je souhaite ardemment que ceux qui n'ont pas encore fait cette démarche de se faire vacciner le fassent, et sans obligation si possible, évidemment", a martelé Olivier Véran, soulignant par ailleurs que "ces derniers jours, 30.000 à 40.000 Français qui n'étaient pas jusqu'ici vaccinés, se sont rendus chez leur médecin ou pharmacien". "Ça veut dire qu'on est encore au rythme d'un million de Français qui se sont fait vacciner pour la première fois sur un mois", a-t-il avancé. 

"Évidemment je souhaite que ce rythme s'intensifie, c'est notre protection collective, notre sésame pour sortir de cette cinquième vague sans mesure supplémentaire", a-t-il martelé, assurant : "Nous avons encore notre destin entre nos mains". "L'effet coupe-feu d'une campagne de rappel vaccinal massive a fonctionné dans d'autres pays, ça fonctionnera chez nous", a-t-il conclu, alors que toute la population adulte est désormais éligible à une dose de rappel.

La vaccination obligatoire plébiscitée par certains politiques en France 

Certaines personnalités politiques ne partagent pour autant pas son avis. Allié de la majorité, le président du MoDem François Bayrou a estimé mercredi matin sur BFMTV-RMC que "le débat (devait) être ouvert". "Il faut pousser à la vaccination. Aller jusqu'à la vaccination obligatoire ? Pourquoi déclarait de son côté la maire PS de Paris et candidate à la présidentielle Anne Hidalgo. 

Dans un communiqué publié en juillet, le groupe Socialistes et apparentés de l'Assemblée nationale et les sénateurs du groupe Socialistes, Écologistes et Républicains s'étaient de leur côté prononcés en faveur d'une obligation vaccinale. 

À droite, le candidat au congrès du parti Les Républicain Michel Barnier s'est également déclaré en faveur d'une obligation vaccinale pour tous les Français. "Je suis pour la vaccination obligatoire et je ne vois pas d'autres solutions", a également affirmé à plusieurs reprises le maire de Béziers Robert Ménard, proche du Rassemblement national.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.