Covid-19 : l'exécutif rétropédale sur les APL, l'Unef dénonce un "délaissement des jeunes"

Covid-19 : l'exécutif rétropédale sur les APL, l'Unef dénonce un "délaissement des jeunes"
Emmanuel Macron et Jean Castex le 14 juillet 2020.

, publié le vendredi 16 octobre 2020 à 09h30

L'entourage du Premier ministre a précisé jeudi que seuls les bénéficiaires du RSA et de l'Allocation de solidarité spécifique toucheraient l'aide exceptionnelle de 150 euros, contrairement à ce qui avait été annoncé la veille par le président de la République.

Dans son entretien télévisé mercredi 14 octobre, Emmanuel Macron avait annoncé une "aide exceptionnelle de 150 euros plus 100 euros par enfant" pour "les bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active) et des APL (Aides personnalisées au logement) - ce qui touche du coup tous les jeunes très largement, les 18/25 ans". Un geste en faveur des "plus précaires qui tombent dans la pauvreté", et notamment pour les jeunes, et pour lesquels le président a dit vouloir apporter "une réponse".

L'entourage du Premier ministre a toutefois précisé jeudi à l'AFP que seuls les bénéficiaires du RSA, versé aux plus de 15 ans, et de l'Allocation de solidarité spécifique (ASS, pour les chômeurs en fin de droits) toucheraient cette aide de 150 euros, auxquels s'ajouteront 100 euros par enfant.

Les bénéficiaires des APL toucheront eux uniquement la prime de 100 euros par enfant. Ce qui exclut de fait bon nombre d'étudiants. 

"On est particulièrement surpris de voir qu'un jour on nous annonce un coup de pouce et que le lendemain on nous le retire", a déploré vendredi matin sur Franceinfo  Mélanie Luce, la présidente du syndicat étudiant Unef. "C'est une promesse non tenue parce que quand le président s'exprime, normalement, ses propos font foi", a-t-elle estimé. "Cela montre qu'il y a un oubli et un délaissement des jeunes. Il faut aller au-delà des discours", a-t-elle insisté. 

De nouvelles annonces du Premier ministre sont attendues samedi, à l'occasion de la journée internationale pour l'élimination de la pauvreté. Peut-être l'occasion de clarifier ce point. Bruno Le Maire a indiqué vendredi sur BFMTV que ces annonces pourraient concerner également les jeunes.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.