Covid-19 : l'Espagne et le Portugal sont à "éviter", selon Clément Beaune

Covid-19 : l'Espagne et le Portugal sont à "éviter", selon Clément Beaune
(illustration)

publié le jeudi 08 juillet 2021 à 12h12

Le secrétaire d'Etat a formulé une "recommandation", sur laquelle d'autres membres du gouvernement, dont Bruno Le Maire, ont refusé de se prononcer.

Face à la progression du variant Delta du Covid-19, le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes a conseillé aux Français "d'éviter l'Espagne et le Portugal" cet été sans pour autant interdire ces destinations. "Ceux qui n'ont pas encore réservé leurs vacances, évitez l'Espagne, le Portugal dans vos destinations, c'est un conseil de prudence", a déclaré Clément Beaune, sur le plateau des "4 Vérités" de France 2, jeudi 8 juillet.

"C'est une recommandation sur laquelle j'insiste, il vaut mieux rester en France ou aller dans d'autres pays (...), on a une situation qui est particulièrement préoccupante", a-t-il ajouté, tout en soulignant que ces destinations restaient autorisées. "Attention, on va les décider dans les prochains jours, mais nous pourrons avoir des mesures renforcées", a-t-il précisé, en évoquant le Conseil de défense français prévu lundi 12 juillet.

Le Maire ne veut pas "endosser des costumes" qui ne sont pas les siens

Le message de Clément Beaune n'a toutefois pas été repris de concert par les autres membres du gouvernement.

Sur le plateau de BFMTV, Bruno Le Maire s'est ainsi gardé d'abonder dans le sens du secrétaire d'Etat. "Non je ne dis pas 'pas de vacances en Espagne et au Portugal', car je ne suis ni ministre de la Santé, ni ministre des Affaires étrangères. J'essaie d'être un peu philosophe et je ne vais pas endosser des costumes qui ne sont pas les miens. Je ne veux pas me prononcer là-dessus", a ainsi commenté le ministre de l'Economie, quelques minutes après la déclaration de son collègue du gouvernement.



Clément Beaune a par ailleurs évoqué la situation sanitaire partout en Europe, invitant les pays de l'Union européenne à la plus grande prudence. "On a vu des moments préoccupants, des stades en Hongrie où il n'y avait plus de jauge (...). Il faut être prudent (...). La pandémie n'est pas finie", a-t-il estimé. "Un pays comme la Grèce qui avait sans doute fait preuve d'un peu de laxisme ces dernières semaines a renforcé son dispositif de contrôle à l'entrée, tant mieux". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.