Covid-19 : Jean-François Delfraissy appelle à "changer" d'approche face à Omicron

Covid-19 : Jean-François Delfraissy appelle à "changer" d'approche face à Omicron
Jean-François Delfraissy, en septembre 2020, au Sénat

publié le mardi 25 janvier 2022 à 09h05

Interrogé sur la vague de contaminations en cours, le président du Conseil scientifique voit "atterrir les choses plutôt vers la mi-mars".

"Le variant Omicron, c'est une autre histoire". A l'antenne de franceinfo, mardi 25 janvier, Jean-François Delfraissy a appelé à "changer" de "vision" dans la gestion de la crise sanitaire, face à un variant "beaucoup plus transmissible mais nettement moins sévère".

Hors micro-Etats, la France est actuellement le pays d'Europe avec l'incidence la plus élevée, avec 3.733 cas pour 100.000 habitants ces sept derniers jours.  Le pays a enregistré une moyenne de 360.000 cas quotidiens sur la même période, ce qui en fait également le pays européens.

D'après les projections présentées par l'Organisation mondiale de la santé, 60% des Européens pourraient avoir été contaminés par Omicron d'ici au 1er mars.



"On le met dans Sars Cov2, mais c'est autre chose", rappelle le président du Conseil scientifique. Dans la "vision" de la crise, "on doit changer", exhorte Jean-François Delfraissy. "Dans le même temps, si vous regardez les chiffres, on n'a pas dépassé les 4.000 lits d'hospitalisation, ce qui est énorme, mais il y a une baisse.

"Il faut commencer à anticiper ce qui nous attend à partir de la mi-mars", estime t-il prévoyant toutefois une "vague très lourde" sur l'hospitalisation d'ici là. "Je vois atterrir les choses plutôt vers la mi-mars", confirme t-il, évoquant un nombre de contaminations qui va doucement finir par baisser.


"Nos marqueurs ne sont pas tout à fait les mêmes", note t-il toutefois, jugeant que "le chiffre de nouvelles contaminations n'a plus tout à fait la même valeur que dans les vagues précédentes". La vague n'est "pas anodine" et "n'est pas terminée". Mais elle est différente, "et notre vision doit être différente", martèle t-il.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.