Covid-19 : inquiétudes autour des effets du port du masque sur le développement des bébés

Covid-19 : inquiétudes autour des effets du port du masque sur le développement des bébés©Martin BUREAU / AFP

publié le lundi 05 avril 2021 à 19h50

Parents et professionnels de santé s'inquiètent dans la presse des impacts des restrictions sanitaires sur le développement des bébés.

Un an de pandémie et un an de visages cachés sous les masques. Quels impacts ces restrictions sanitaires auront sur les plus jeunes enfants ? Des parents ainsi que des professionnels de santé s'en inquiètent.


Auprès du Parisien dimanche 4 avril, une maman d'un bébé de 12 mois s'alarme : "Il n'a pas les mêmes réactions avec les personnes masquées et non masquées.

J'ai déjà entendu d'autres parents dire la même chose." Une mère d'un garçonnet de 3 ans et demi constate dans les colonnes de BFMTV : "Au tout début, il regardait les masques de façon intriguée. Mais aujourd'hui, il n'y fait plus attention."

Laetitia Stanislavski, infirmière puéricultrice, rappelle l'importance pour le développement des plus petits de voir le bas du visage des adultes. "C'est par le mouvement des lèvres et du visage qu'il va apprendre la transmission des émotions, le langage... Et ça permet également aux bébés de reconnaître les personnes", explique-t-elle au Parisien.

"Si un objet est caché, il n'existe pas"

Anna Cognet, psychologue clinicienne, se veut alarmiste. "Pour les bébés de moins de 8 mois, si un objet est caché, il n'existe pas. Donc derrière le masque, le visage n'existe pas", assure-t-elle, toujours auprès du Parisien.

"Il y a quelques années, nous avions dû porter un masque pour nous occuper d'un enfant en réanimation néonatale. Il avait développé des retards de développement. Il a cessé de se nourrir quand ce n'était pas sa mère qui lui donnait. Il ne distinguait qu'elle", s'inquiète encore cette psychologue clinicienne.

"On a des enfants qui pleurent quand les puéricultrices enlèvent le masque. Il y a donc un impact émotionnel", relève après une étude Marie-Paule Thollon-Behar, psychologue en crèche et docteure en psychologie, toujours auprès du Parisien.

"Une charge mentale insidieuse pour le bébé"

Le 8 mars, une tribune signée par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik a été publiée dans Le Figaro. "Le masque engendre une gêne pour l'adulte, c'est une charge mentale insidieuse pour le bébé. Cela fera bientôt un an, un temps considérable à la mesure de leur jeune existence, un temps infini dans les conséquences possibles sur leur développement", peut-on notamment y lire.

Puis de citer la conclusion d'une étude publiée en juin 2020 par des chercheurs chinois sur les effets de la pandémie de SRAS de 2003 sur le développement auprès de 15 000 enfants âgés de 0 à 15 ans : "Les impacts à long terme (de la COVID-19) sur le développement de l'enfant n'ont pas encore été signalés en raison du décalage entre les résultats et l'exposition. Cependant, selon les données de la pandémie de SRAS, il est plausible que des impacts sur la croissance de l'enfant et le développement cognitif et physiologique puissent survenir."

Outre le masque, certains parents s'inquiètent également de l'impact des autres restrictions sanitaires sur les enfants, notamment cette maman d'un petit garçon de 2 ans. "On voit beaucoup moins nos amis, nos familles. Mon fils est très sociable mais là, dès que l'on voit quelqu'un, ce qui est de l'ordre de l'exceptionnel, il est très excité, peut-être un peu trop", déclare-t-elle auprès de BFMTV.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.