Covid-19 : "Il n'y aura pas d'évolution des restrictions cette semaine", annonce Gabriel Attal

Covid-19 : "Il n'y aura pas d'évolution des restrictions cette semaine", annonce Gabriel Attal
Gabriel Attal en conférence de presse le 13 janvier 2020 à Paris.

publié le mercredi 20 janvier 2021 à 13h58

Le porte-parole du gouvernement a expliqué mercredi midi à l'issue du Conseil des ministres que l'exécutif avait décidé de "donner sa chance au couvre-feu" avancé à 18h et de ne pas prendre de mesures supplémentaires cette semaine.


Alors qu'en France, la situation sanitaire liée au Covid-19 est loin de s'améliorer, il ne faut néanmoins pas s'attendre cette semaine à de nouvelles restrictions, a indiqué le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal mercredi 20 janvier à l'issue du Conseil des ministre. Si "nous sommes sur une ligne de crête", selon les mots d'Emmanuel Macron, la situation française étant moins dégradée que chez certains de ses voisins, notamment le Royaume-Uni, "l'équilibre  reste fragile", a expliqué le porte-parole, rappelant que le nombre de contaminations restait sur un plateau ascendant. 




Pour autant "le couvre-feu est une mesure efficace pour limiter la circulation du Covid-19, c'est établi scientifiquement" et son passage à 18h semble avoir "un impact positif" dans les premiers départements qui avaient été concernés, a-t-il indiqué. C'est pour cela qu'il "n'y aura pas d'évolution des restrictions nationales cette semaine"."Nous donnons sa chance au couvre-feu". "Si la situation devait se dégrader de manière, d'autres mesures nationales pourraient être décidées", a-t-il rappelé, précisant que des décisions seront prises cette semaine dans les territoires d'Outre-mer. 

Mis en place à 20h le 15 décembre après le deuxième confinement, le couvre-feu a été avancé à 18h le 2 janvier pour une quinzaine de départements, puis dans 10 de plus la semaine suivante avant d'être généralisé à tout le territoire le week-end dernier. 

La crainte d'une reprise en mars

Le nombre de personnes malades du Covid-19 hospitalisées en réanimation a continué de grimper mardi, à 2.829 contre 2.803 la veille, selon les chiffres communiquées par Santé publique France. La barre des 2.800 personnes a été franchie lundi pour la première fois depuis mi-décembre, marquant une augmentation de la pression sur le système hospitalier. 

Avec le variant britannique, plus contagieux, les épidémiologistes craignent une poussée de l'épidémie de Covid-19 en mars/avril. Une situation qui devrait entraîner "des mesures plus coercitives que le couvre-feu", selon l'infectiologue Karine Lacombe, invitée mercredi matin de BFMTV. Le directeur général de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, a fait le même constat sur franceinfo. "Quand je vois le flux d'entrées qu'on a aujourd'hui en hospitalisation en Île-de-France, un peu plus de 1.000 par semaine, 850 la semaine précédente, on est dans une pente légèrement ascendante", a-t-il expliqué, reconnaissant qu'il faudra "peut-être aller au-delà du couvre-feu".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.