Covid-19 : "Il existe un chemin pour éviter le reconfinement", assure Gabriel Attal

Covid-19 : "Il existe un chemin pour éviter le reconfinement", assure Gabriel Attal
Gabriel Attal à Paris, le 10 février 2021.

, publié le mercredi 10 février 2021 à 14h48

Le porte-parole a souligné "la responsabilité extraordinaire" des Français, qui ont "fait mentir ceux qui jouaient sur l'échec et le chaos".

Alors que les chiffres de l'épidémie de Covid-19 en France semblent vouloir rester stables, le gouvernement campe sur sa position : il faut éviter à tout prix un troisième confinement, tant que la situation sanitaire ne dérape pas. Ainsi, "il existe bien un chemin pour éviter le reconfinement", a déclaré mercredi 10 février le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à l'issu du Conseil des ministres.

La situation sanitaire reste "fragile" en France, a-t-il expliqué, soulignant par ailleurs qu'elle présente d'importantes disparités territoriales. "Nous comptons une cinquantaine de départements qui connaissent un baisse importante de l'incidence, une trentaine où celle-ci est stable et un peu plus d'un vingtaine où l'incidence continue à augmenter", a indiqué Gabriel Attal.


De la situation sanitaire ressort "trois enseignements". "Le premier, c'est qu'il existe bien un chemin pour éviter le reconfinement, a-t-il estimé. Ce chemin n'est pas large, mais il existe et nous aurions tort de ne pas tout mettre en œuvre pour y parvenir. Cela suppose de suivre et de maintenir avec la plus grande attention la propagation des variants."

"Le second enseignement, c'est celui de la responsabilité extraordinaire des Français dans ces circonstances, a poursuivi le porte-parole. (...) Tout cela nous a prouvé que les Français savaient prendre leurs responsabilités, agir en conscience et faire mentir à chaque occasion ceux qui jouaient sur l'échec et le chaos."

"Le troisième enseignement est qu'il est encore trop tôt pour se réjouir, a conclu Gabriel Attal. La France a beau se trouver dans une situation enviable par rapport à un certain nombre de ses voisins européens, la situation est fragil et notre surveillance doit être redoublée."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.