Covid-19 : faute d'aide de l'État, l'Île-de-France suspend ses paiements à la SNCF et à la RATP

Covid-19 : faute d'aide de l'État, l'Île-de-France suspend ses paiements à la SNCF et à la RATP
(illustration)

publié le lundi 27 septembre 2021 à 12h53

IDFM prévoit pour l'année en cours des pertes de l'ordre de 1,3 milliard d'euros, dont la majeure partie due au recul des recettes engendrée par le covid-19.

L'autorité régionale des transports franciliens, Île-de-France Mobilités (IDFM), a annoncé lundi 27 septembre suspendre ses paiements à la RATP et à la SNCF. Elle menaçait de la faire si un accord n'était pas trouvé avec l'État à qui elle réclame une subvention de 1,3 milliard d'euros pour compenser les pertes liées à la pandémie de Covid-19.

"Île-de-France Mobilités a suspendu les paiements à la RATP et la SNCF", a indiqué une porte-parole de l'institution présidée par Valérie Pécresse, précisant que "des négociations serrées continuent avec Matignon". IDFM verse tous les mois environ 400 millions d'euros à la RATP et 300 millions à la SNCF, a-t-elle précisé.


Le principe de cette suspension avait été approuvé le 14 septembre par le conseil d'administration de l'autorité régionale. "Il ne peut pas y avoir de sortie de la crise Covid en Île-de-France sans compensation des pertes financières sur les transports en commun, comme cela s'est fait partout ailleurs dans le monde", avait alors déclaré Valérie Pécresse, également présidente de la région Île-de-France -et candidate à l'investiture de la droite à la présidentielle. 


IDFM et l'État avaient signé en septembre 2020 un protocole, alors que l'autorité avait déjà suspendu ses paiements aux deux opérateurs publics pour les mêmes raisons. Il prévoyait un "clause de revoyure" pour une "réévaluation de la situation en cas de nouvelles pertes de ressources imputables à la situation sanitaire".

Or, IDFM prévoit pour l'année en cours des pertes de l'ordre de 1,3 milliard d'euros correspondant -pour environ un milliard- au recul des recettes tarifaires et -pour environ 300 millions d'euros- à celui des versements mobilité, la taxe payée par les entreprises. 

Pour les pertes de 2020, IDFM avait obtenu de l'État 1,45 milliard d'euros d'avance remboursable et 150 millions de subvention.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.