Covid-19 : faut-il se faire tester avant les fêtes ?

Covid-19 : faut-il se faire tester avant les fêtes ?
Un dépistage de Covid-19, le 31 août 2020 à Montreuil, en Seine-Saint-Denis.

, publié le lundi 07 décembre 2020 à 11h27

Comme de nombreuses personnalités du monde scientifique, Rnaud Muselier, président Les Républicains de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur et médecin de formation, appelle les Français à se faire tester massivement avant les fêtes de fin d'année. "Le test n'est pas en soi un passeport de contagiosité, et ce n'est pas non plus un remède-miracle", met néanmoins en garde sur France Inter Lionel Barrand, président du SJBM - Syndicat national des jeunes biologistes médicaux.



"Avant les cotillons, l'écouvillon".

Alors que selon un sondage Ifop pour le site médical Odero, 50% des Français prévoient de passer les fêtes de fin d'année avec des personnes avec lesquelles elles ne sont actuellement pas confinées, Renaud Muselier, président Les Républicains de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur et de l'association des Régions de France, a appelé dimanche 6 décembre sur franceinfoà tester en masse pour le Covid-19 la population avant Noël afin d'éviter les clusters familiaux

L'élu suit ainsi les recommandations de nombreux spécialistes, qui recommandent également de s'autoconfiner avant de rejoindre leurs proches. "Surtout, auto-confinez vous un peu avant les fêtes, ça permettra aussi d'alléger le risque", a insisté le chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital Tenon de Paris Gilles Pialous vendredi sur BFMTV. "Ce que l'on peut conseiller aux gens qui vont voir leur famille, c'est de s'autoconfiner pendant les sept jours précédents et de faire un test avant d'aller voir la famille", a également dit la professeure Anne-Claude Crémieux, infectiologue à l'hôpital Saint-Louis de Paris sur franceinfo ce week-end. 

Se faire dépister oui, mais il faut bien le faire

Attention cependant : il faut bien choisir quand et comment se faire tester, préviennent les scientifiques. Ils recommandent de le faire à la date la plus proche possible de celle des retrouvailles afin d'éviter d'être contaminé entre temps. "Entre 24 et 48 heures avant", idéalement, a préconisé la semaine dernière François Blanchecotte, Président du syndicat national des biologistes (SDB), sur BFMTV.

Deux types sont disponibles. Le test PCR, classique, qui est fiable à 85%. "Si le test revient négatif, vous pouvez aller voir votre famille, en sachant que la période d'incubation est de 3-5 jours, il y a un minimum de risque", a assuré le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) sur BFMTV la semaine dernière. Il existe également les tests dits "antigéniques", plus rapides mais moins fiables, entre 62% et 80%. Il est déconseillé pour les personnes qui n'ont pas de symptômes. "Un cas sur trois, voire un cas sur deux revient négatif alors que les patients sont porteurs du virus. Ce n'est pas une sécurité", a précisé le Dr Jean-Paul Ortiz. 

Gare à la saturation des laboratoires

Pour certains spécialistes, se faire tester massivement avant Noël est une fausse bonne idée. "Le test n'est pas en soi un passeport de contagiosité, et ce n'est pas non plus un remède-miracle", a expliqué sur France Inter Lionel Barrand, président du SJBM - Syndicat national des jeunes biologistes médicaux. "Il faut le faire principalement si on a un doute, si on a un risque d'avoir été contaminé parce qu'on a été en contact avec des personnes sans masque, ou si on a des symptômes", a-t-il précisé. 

Il craint par ailleurs une saturation des laboratoires, au risque de rendre plus difficile l'accès aux tests pour ceux qui en ont réellement besoin, comme cela a pu être le cas dans les premières semaines de dépistage massif en France.  Les tests "ne vont pas être accessibles à tout le monde, ça va entraîner encore une fois la saturation des laboratoires. Ça va stresser les gens", avait également prévenu la semaine dernière sur BFMTV Imad Kansau, infectiologue à l'hôpital Antoine-Bléclère de Clamart (Hauts-de-Seine).

Cela ne sera pas forcément le cas. Toujours selon le sondage Ifop pour le site médical Odero, daté du 2 décembre, seule une minorité de Français (26%) comptent se faire tester avant les fêtes

Attention à ne pas oublier les gestes barrières

Surtout, les spécialistes rappellent qu'un test négatif ne doit pas empêcher le respect des gestes barrières. "Il ne faut pas être très nombreux, s'il y a des personnes à risque, il faut respecter la distanciation, porter son masque le plus possible. En étant prudent, il y a un risque minime", a insisté la semaine dernière sur BFMTV François Blanchecotte. Le Premier ministre Jean Castex a recommandé la semaine dernière de n'être pas plus de six adultes à table pour les fêtes. 

"On a des faux négatifs, surtout dans les tests antigéniques. Ce serait donc contre-productif de tester tout le monde, et que ces personnes-là ne fassent plus du tout attention", a également anticipé sur France Inter Lionel Barrand. 

Se faire tester après les fêtes ?

Invitée lundi matin de France Inter, la présidente (ex-LR) de la région Île-de-France Valérie Pécresse a de son côté appelé les Franciliens à se faire massivement tester après les fêtes. 




"Il faut éviter à tout prix une troisième vague, l'effet 'Thanksgiving", a-t-elle martelé, alors que l'épidémie est repartie à la hausse aux Etats-Unis après cette fête. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.