Covid-19 : face à une "situation sanitaire alarmante", des enseignants écrivent à Emmanuel Macron pour faire fermer leur lycée

Covid-19 : face à une "situation sanitaire alarmante", des enseignants écrivent à Emmanuel Macron pour faire fermer leur lycée
(Photo d'illustration)

, publié le dimanche 28 mars 2021 à 08h07

Le nombre de cas de Covid-19 a explosé ces derniers jours au sein du lycée Eugène Delacroix de Drancy, en Seine-Saint-Denis, aussi bien parmi le personnel que les élèves. Une vingtaine de jeunes ont déjà perdu leur père ou leur mère, depuis le début de l'épidémie il y a un an.

Alors qu'une troisième vague de Covid-19 frappe la France, plusieurs voix s'élèvent pour faire fermer les écoles.

A Drancy, en Seine-Saint-Denis, où la situation est sanitaire est particulièrement tendue, les enseignants du lycée Eugène Delacroix ont écrit vendredi 26 mars à Emmanuel Macron pour lui demander la fermeture de leur établissement, où les cas de contaminations se multiplient, révèle France Bleu




Ils dénoncent une "situation sanitaire alarmante". Depuis la rentrée du 1er mars, ils dénombrent deux cas positifs et un cas contact parmi l'équipe de direction, 54 élèves positifs, sans compter les nouveaux cas chaque jour, une vingtaine d'enseignants positifs et 48 classes avec au moins un élève cas contact. Pire encore, depuis un an, une vingtaine des quelque 2.000 élèves de ce lycée ont déjà perdu leur père ou leur mère. Des chiffres "révélateurs d'un danger grave et imminent", selon eux.

Dans ce contexte, les enseignants "réclam(ent) la fermeture urgente et temporaire de l'établissement, avec un basculement total en enseignement à distance pour assurer la continuité pédagogique". Depuis lundi 22 mars, plus d'une trentaine d'entre eux ont par ailleurs exercé leur droit de retrait et comptent le refaire dès la semaine prochaine si leur demande n'est pas prise en compte.

"Les premières lignes, ce sont les parents de nos élèves"

"Nous, les enseignants, nous sommes inquiets, mais les élèves et les parents aussi. Il y a une vraie angoisse partagée", confie au Figaro Fabrice Morel, enseignant au lycée Delacroix et délégué du SNES-FSU 93, qui constate que les lycées en Seine-Saint-Denis constituent de véritables "clusters". "Il y a une densité de population très forte au lycée Delacroix avec des élèves qui viennent de populations peu favorisées. Ici, le risque de contamination est accru par rapport aux autres établissements, puisque les parents ont des métiers où ils sont exposés : les premières lignes, ce sont les parents de nos élèves", explique-t-il.

Vendredi 26 mars, le ministre de l'Education national Jean-Michel Blanquer a annoncé que dans les 19 départements soumis à des "mesures de freinage renforcées" les classes seraient fermées dès le premier cas de Covid-19, contre trois auparavant. "Cela signifie que lundi, j'ai deux classes de seconde que je ne verrai plus pendant 15 jours et 3 groupes en première et terminale qui ne seront plus présents", souligne Fabrice Morel, qui se dit sceptiques face à ces mesures. 

D'après le bilan hebdomadaire publié vendredi 26 mars par le rectorat cité par France Bleu, 3.696 élèves sont actuellement positifs au Covid-19 au sein de l'académie de Créteil dont dépend la Seine-Saint-Denis et, parmi le personnel enseignant, 857 personnes contaminées.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.