Covid-19 : en Guyane, début d'un reconfinement de 17 jours, "inévitable" selon le préfet

Covid-19 : en Guyane, début d'un reconfinement de 17 jours, "inévitable" selon le préfet©jody amiet / AFP

publié le vendredi 14 mai 2021 à 07h48

Dès ce vendredi 14 mai en Guyane, les établissements scolaires et crèches demeureront ouverts, mais les bars, restaurants, cinémas, piscines publiques (sauf pour les scolaires) auront obligation de fermer leurs portes jusqu'au 30 mai inclus.

Alors que la Métropole profite d'un premier long week-end déconfiné grâce au pont de l'Ascension, la Guyane débute ce vendredi 14 mai un reconfinement de 17 jours, jusqu'au 30 mai inclus. En cause : une forte progression du virus dans cette région d'outre-mer, due au variant brésilien ainsi qu'à une faible vaccination.


Pour le préfet de Guyane Thierry Queffelec, ce reconfinement était "inévitable".

"En cinq semaines, le taux d'incidence, qui est maintenant un indicateur classique, est passé de 70 à 346, c'était beaucoup trop, avec un taux de positivité à 14%. Nous sommes sur un variant brésilien à 84% des personnes malades", a-t-il détaillé auprès de Franceinfo.

Le retard sur la vaccination est l'un des facteurs expliquant cette progression. "Nous avons suffisamment de doses pour vacciner tous les volontaires. Il y a des freins parce que les gens ont estimé que le vaccin arrivait trop vite, qu'ils regardent aussi le voisin s'il n'y a pas de petits problèmes", a expliqué le préfet de Guyane.


Un semi-reconfinement

Il s'agira pour les Guyanais d'un semi-confinement : les établissements scolaires et crèches demeureront ouverts, mais les bars, restaurants, cinémas, piscines publiques (sauf pour les scolaires) auront obligation de fermer leurs portes.

Les déplacements seront à nouveau soumis à attestation. S'agissant des promenades en plein air, la règle des 10 km, et pas plus d'une heure, s'applique aussi, ont annoncé les autorités.

Les rassemblements de plus de six personnes sont aussi interdits et s'ajoutent au couvre-feu déjà en vigueur institué du samedi soir au lundi matin.

Les écoles restent ouvertes

Le syndicat enseignant Unsa Guyane a réagi par communiqué aux annonces et a réclamé "la fermeture" des établissements scolaires le temps du reconfinement, dans ce territoire où la moitié des habitants ont moins de 25 ans.

"Que les hauts responsables proposent de vraies solutions plutôt que de se servir de l'enseignement comme d'un pansement", a déclaré le syndicat. Le préfet a argué mercredi soir que les contaminations seraient "plus fortes" dans le cercle familial.

"Lorsqu'il y a eu la première vague, il y a eu un confinement beaucoup plus strict, les violences intrafamiliales avaient augmenté de 200%. Parfois l'école est le seul moment où les enfants peuvent prendre un repas. Et il faut faire attention aussi à la fracture scolaire qui est très importante. Maintenir l'école a été une décision unanime avec les maires des communes", a fait savoir le préfet de Guyane auprès de Franceinfo.

69% des lits en réanimation occupés

Selon l'ARS, chez les "10-19 ans", les "contaminations sont en forte hausse" avec une incidence de 379/100.000 la semaine dernière, selon les données des autorités de santé. Un patient de "19 ans" se trouvait toujours mercredi en "réanimation".

"Une nouvelle hausse des contaminations, des entrées en hospitalisation et en réanimation est amorcée" et la "tendance" est "fortement à la hausse" dans ce territoire, où les variants sud-africain et brésilien circulent, a noté la préfecture.

Jeudi, les lits en réanimation étaient occupés à près de 69% (24/35). L'AFP comptabilise 113 décès Covid (en comptant ceux recoupés à domicile) depuis le premier en Guyane, le 20 avril 2020.

Depuis quelques jours, un "module militaire de réanimation" de "6 lits" ainsi que 35 professionnels sont arrivés en soutien des équipes hospitalières.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.