Covid-19 : des touristes Français coincés au Costa Rica réclament leur rapatriement

Covid-19 : des touristes Français coincés au Costa Rica réclament leur rapatriement
Vue de la réserve nationale de faune de Gandoca-Manzanillo à Limon, Costa Rica, le 26 septembre 2019

, publié le samedi 13 février 2021 à 09h36

Testés positifs au Covid-19, 16 retraités français sont bloqués depuis 15 jours au Costa Rica. Certains d'entre eux sont hospitalisés et les autres sont confinés à l'hôtel à leurs frais.

Le voyage vire au cauchemar.

Depuis deux semaines, un groupe de touristes français sont coincés au Costa Rica, contaminés par le Covid-19, et réclament leur rapatriement en urgence en France. 




Le groupe, composé de 22 retraités de La Poste et du groupe Orange âgés "de 60 à 77 ans", est parti de Lorraine le 16 janvier pour une dizaine de jours de voyage organisé dans le petit pays d'Amérique centrale. Ils devaient rentrer le 27 janvier en faisant une escale par les Pays-Bas, qui exigent un test PCR négatif pour entrer sur le territoire. Problème : six d'entre eux sont testés positifs et doivent rester isolés dans la capitale de San José.

Les 16 autres décident tout de même de prendre leur vol retour. Mais les Pays-Bas réclament désormais en plus du test PCR un test antigénique négatif. Comme le Costa Rica ne dispose pas de ce matériel, les touristes sont contraints d'attendre un vol direct vers la France. Ils réalisent alors un nouveau test : 14 d'entre eux sont positifs. 

Deux membres du groupe seulement ont pu d'abord partir, suivis ensuite de quatre autres, via Madrid

Sept hospitalisés

Sept des touristes ont été hospitalisés, a indiqué l'ambassade de France. Aujourd'hui ils sont six, plus le guide costaricien du groupe, Roberto, a indiqué vendredi 12 février à l'AFP Guy Poirot, le président de l'association qui a organisé le voyage. Trois sont hospitalisés en soins intensifs à l'Hôpital San Juan de Dios de la capitale costaricienne, dont deux sont dans un état "très sérieux", a-t-il précisé. 

Les trois autres, dont M. Poirot, ont vu leur état de santé s'améliorer et ont été admis dans un établissement pour des malades aux symptômes plus légers. "On m'a dit qu'il me faudra encore 7 à 8 jours pour être testé négatif", condition sine qua non du retour en France, a-t-il commenté.

Très cher confinement

Pour les dix voyageurs restants testés positifs mais qui n'ont pas souffert de symptômes sévères, c'est le confinement dans des hôtels dont il faut assumer à présent les frais. En effet, les 2.000 dollars pour l'hébergement, couverts par l'assurance exigée par le Costa Rica pour entrer dans le pays, sont à présent dépassés.

"On est dans une chambre, j'ai l'impression d'être en garde à vue dans un pénitencier", confie l'un d'eux aux équipes de France Télévisions. "On vous pose le repas, on frappe à la porte, (...) j'ai l'interdiction de sortir de la chambre et c'est le seul contact que j'ai". 

Interrogée sur BFMTV , Rachel Visat, une autre touriste française, demande à ce que "les personnes testées positives puissent être rapatriées car elles sont à plus de 10 jours de confinement", des personnes qui ne sont "plus du tout contagieuses", d'après elle. A titre de comparaison, la France demande un isolement de sept jours après un test positif. Elle réclame l'aide de l'Etat français afin de rapatrier tous les voyageurs français concernés en observant "un confinement de sept à dix jours" à leur retour.

"Je suis confinée depuis 14 jours mais je ne suis pas malade. Le seul truc que j'ai, c'est que je suis positive", assure de son côté sa camarade de voyage Evelyne sur RTL. Son compagnon est hospitalisé depuis le 9 février. "Je ne sais même pas dans quel hôpital de la ville il est, je ne sais rien et d'ici peu de temps, on va tous se jeter par la fenêtre. (...) On est tous dans un état lamentable", alerte-t-elle. Sa fille fait tout pour organiser le rapatriement de ses parents. "Je ne lâche pas. J'ai l'ambassade en ligne tous les jours, donc j'ai confiance", explique-t-elle à LCI. 

L'origine du cluster pas identifiée

Afin de favoriser la reprise de l'activité touristique, le Costa Rica ne demande plus depuis le mois d'octobre de test PCR négatif à ses visiteurs, qui doivent cependant contracter une assurance couvrant frais médicaux et d'hébergement en cas de contagion.

"Le voyage était prévu depuis plus d'un an" et les retraités auraient perdu "entre 60 et 70%" du prix du séjour payé auprès de l'agence de voyage Couleurs du Monde s'ils avaient renoncé à partir, a expliqué à l'AFP M. Poirot. "La Moselle (d'où les voyageurs sont originaires) est l'une des régions les plus touchées (par le Covid) : il n'y a pas besoin de voyager pour se retrouver dans cette situation", a-t-il justifié. 

Il n'a pas été possible de déterminer si les voyageurs ont été contaminés dans le pays ou si l'un d'entre eux était déjà porteur du virus.

Après avoir enregistré un peu plus de 1.000 cas quotidiens de Covid-19 début janvier, le Costa Rica en recense entre 400 et 500 depuis la deuxième semaine de février.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.