Covid-19 : des premiers cas au cap des 100.000 morts, les grandes dates de l'épidémie en France

Covid-19 : des premiers cas au cap des 100.000 morts, les grandes dates de l'épidémie en France©Anne-Christine POUJOULAT / AFP

publié le dimanche 18 avril 2021 à 07h00

CHRONOLOGIE. Les premiers malades étaient identifiés en janvier 2020 et le seuil symbolique des 100.000 décès a été franchi jeudi 15 avril

Le 24 janvier 2020, les trois premiers cas de Covid-19 en France sont annoncés. Le premier mort est un touriste chinois de 80 ans, décédé le 15 février à Paris. 




Le 29 février, le cap des 100 cas est franchi. Les rassemblements de plus de 5.000 personnes sont interdits. 

Le 14 mars, restaurants, bars et cinémas ferment. Les crèches, écoles et universités, deux jours plus tard. Mais le premier tour des élections municipales est maintenu le 15 mars. 

Le 17 mars à midi, la France se confine. Le second tour des municipales est reporté, les réformes sont suspendues. 

Les polémiques enflent sur le manque de masques, de tests et sur l'efficacité de l'antipaludéen chloroquine. La situation sanitaire se tend : hôpitaux débordés dans l'Est et en Ile-de-France, malades évacués vers des régions moins touchées, soutien de l'armée... Le gouvernement lance un plan d'urgence de 100 milliards d'euros pour les entreprises.

Le 11 mai, un déconfinement progressif s'engage, avec réouverture des magasins et masque obligatoire dans les transports publics.

Le 2 juin, Emmanuel Macron annonce "le retour des jours heureux". Les déplacements ne sont plus limités. Lycées, bars et restaurants rouvrent dans une majorité de départements.

Le 14, la France passe au "vert" (sauf Guyane et Mayotte) et les restrictions sont levées. Les visites en Ehpad sont à nouveau autorisées. Crèches, écoles et collèges rouvrent le 22.

Le 28, second tour des municipales, marqué par une abstention record.

Fin août, la Direction générale de la Santé avertit d'une reprise inquiétante de l'épidémie. Le port du masque s'impose dans les rues des grandes villes, les collèges et les lycées et les entreprises.

Le 23 septembre, l'agglomération d'Aix-Marseille et la Guadeloupe sont placées en "zone d'alerte maximale", synonyme de fermeture de bars, salles de sport et d'accueil limité dans les restaurants. 

Suivent Paris et sa proche banlieue, Lille, Lyon, Grenoble, Saint-Etienne, Toulouse et Montpellier. Le Premier ministre Jean Castex reconnaît que la France affronte une "deuxième vague forte". 

Le 17 octobre, un couvre-feu est imposé après 21H00 en région parisienne et dans huit métropoles. Une semaine plus tard, la mesure est étendue à d'autres départements.

Le 30, Emmanuel Macron décide d'un nouveau confinement : crèches, écoles, collèges et lycées restent ouverts, mais le télétravail redevient la règle et les commerces non essentiels ferment.

Une décrue relative permet d'opérer fin novembre un desserrement progressif. 

Le 15 décembre , le confinement est remplacé par un couvre-feu. Les commerces rouvrent juste avant Noël. 

Le 7 janvier 2021, la menace du variant britannique, plus contagieux, pousse le gouvernement à prolonger la fermeture des bars, restaurants et lieux culturels. La campagne de vaccination débute lentement, freinée par des problèmes d'approvisionnement.

Le 16 janvier, le couvre-feu à 18H00 est généralisé à tout le territoire métropolitain.

Fin février, un confinement est imposé le week-end à Nice, sur le littoral des Alpes-Maritimes, à Dunkerque, puis début mars au Pas-de-Calais.

Le 20 mars, 16 départements (ceux d'Ile-de-France et des Hauts-de-France, les Alpes-Maritimes, l'Eure et la Seine-Maritime) font l'objet de mesures de restrictions. Les écoles restent ouvertes, mais les commerces non-essentiels ferment, les sorties sont limitées à 10 km autour de chez soi. Le couvre-feu est retardé à 19H00 sur l'ensemble de la métropole. 

Le 27 mars, trois autres départements (Aube, Nièvre et Rhône) sont soumis aux mêmes restrictions.

Le 31 mars, face à l'épidémie qui ne faiblit pas, Emmanuel Macron annonce l'extension des restrictions à toute la France, pour quatre semaines à partir du 3 avril. 

Crèches, écoles, collèges et lycées sont fermés pour trois à quatre semaines, dont deux pour les vacances scolaires de printemps, unifiées à tout le territoire. Emmanuel Macron promet des "renforts supplémentaires" dans les service de réanimation. 

Le 8 avril, la France dépasse le seuil des 10 millions de premières injections de vaccins, niveau encore très insuffisant pour offrir une protection collective contre le coronavirus. 

Le 12, la vaccination est étendue aux plus de 55 ans, tranche d'âge à laquelle est désormais réservé le vaccin du laboratoire AstraZeneca après des cas, rares mais graves, de troubles de la coagulation chez des personnes plus jeunes, vaccinées avec ce sérum. 

Le 13, le gouvernement annonce la suspension des liaisons aériennes avec le Brésil, pour limiter la propagation d'un variant local, baptisé P1, réputé plus contagieux et dangereux que le variant dit anglais, dominant sur le territoire. 

Le 15 avril, le seuil symbolique des 100.000 morts du Covid-19 est franchi en France. Les hôpitaux sont sous pression, avec plus de 5.900 malades en réanimation et plus de 30.000 personnes hospitalisées. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.