Covid-19 : des liens possibles entre le vaccin Johnson and Johnson et des caillots sanguins

Covid-19 : des liens possibles entre le vaccin Johnson and Johnson et des caillots sanguins©Joseph Prezioso / AFP

publié le vendredi 09 avril 2021 à 19h40

L'Agence européenne des médicaments surveille les liens entre l'injection du vaccin Johnson and Jonhson et la formation de caillots sanguins.

Le vaccin Johnson and Johnson provoquerait-il, lui aussi, des effets secondaires inquiétants ? L'Agence européenne des médicaments a indiqué ce vendredi 9 avril avoir lancé une étude sur des liens possibles entre ce vaccin anti-Covid et des caillots sanguins après que quatre cas ont été rapportés, dont un mortel.


L'EMA a indiqué que sa commission pour la sûreté avait "lancé une étude" destinée "à évaluer des informations sur des incidents thrombo-emboliques" concernant des personnes ayant reçu le vaccin. L'Union européenne a autorisé ce vaccin mais n'a pas commencé à l'utiliser.

"Il a été fait état, après vaccination avec le vaccin Covid-19 Janssen, de quatre cas graves de caillots inhabituels associés à des faibles taux de plaquettes", a indiqué l'EMA, citant le nom de la filiale européenne du géant américain.

"Un cas est survenu lors d'un test clinique et trois sont survenus dans le cadre de la vaccination aux Etats-Unis. L'un d'entre eux a été mortel", a ajouté l'EMA.

Une mise en oeuvre au sein de l'UE dès avril

Le régulateur européen a approuvé le vaccin Johnson and Johnson et sa mise en oeuvre dans les pays de l'Union européenne doit commencer en avril.

Cette annonce survient alors que l'organisation basée à Amsterdam a étudié des cas de caillots sanguins survenus chez des personnes ayant reçu le vaccin AstraZeneca et a admis qu'il s'agissait bien d'effets secondaires. Les deux vaccins utilisent un adénovirus pour vecteur.

12 cas de thromboses avec AstraZeneca

Concernant AstraZeneca en France, aucun nouveau cas de caillots associés à ce vaccin n'a été enregistré, selon le dernier bilan de l'Agence du médicament, qui précise surveiller d'autres "signaux".

Sur la semaine du 26 mars au 1er avril, "aucun nouveau cas de thrombose des grosses veines de localisation atypique (...) n'a été déclaré", a indiqué l'ANSM ce vendredi 9 avril dans son point hebdomadaire de surveillance des vaccins.

Alors que près de 2,5 millions de doses d'AstraZeneaca avaient été injectées au 1er avril, le bilan est donc toujours de 12 cas, dont 4 décès liés à ces thromboses depuis le début de la vaccination.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.