Covid-19 dans les écoles : les classes de primaire ne fermeront plus au premier cas positif

Covid-19 dans les écoles : les classes de primaire ne fermeront plus au premier cas positif
Jean-Michel Blanquer, jeudi 25 novembre, à Paris

publié le jeudi 25 novembre 2021 à 15h35

Le ministère de l'Education nationale souhaite ajuster le protocole, en faisant notamment appel aux parents pour tester leurs enfants si besoin.

La fermeture automatique des classes au premier cas de Covid-19 ne sera désormais plus la règle dans les écoles primaires, selon les annonces du ministre de l'Education nationale, jeudi 25 novembre. "L'évolution de l'épidémie concerne également les écoles, nous allons donc ajuster notre protocole pour tenir compte de cette réalité", a déclaré Jean-Michel Blanquer, annonçant qu'à partir de la semaine prochaine, il n'y aura plus de fermeture de classe dans les écoles primaires dès le premier cas de Covid détecté chez un élève.

"Notre boussole reste la priorité d'une école ouverte", a rappelé Jean-Michel Blanquer. "Dès la semaine prochaine, lorsqu'un élève est testé positif, tous les élèves de la classe sont testés à leur tour et seuls les camarades testés positifs restent à la maison", a indiqué le ministre, soulignant que "8.500 écoles (étaient) fermées hier (mercredi), contre 4.100 le 19 novembre". Les tests seront si besoin effectués par les responsables légaux des enfants, notamment aux nouveaux autotests prochainement disponibles en pharmacie.



Entre rappel de vaccin dès 18 ans obligatoire pour que le pass sanitaire reste valide et renforcement des mesures barrières, le gouvernement a intensifié la pression sur les non-vaccinés pour contrer la cinquième vague de l'épidémie de Covid-19, sans envisager de confinement à ce stade. Le rappel (le plus souvent une troisième dose) sera ouvert "à compter de ce samedi" pour tous les majeurs, cinq mois après leur dernière injection, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran. Ce rappel ne concernait pour l'instant que les plus de 65 ans, les personnes à risques de forme grave et les soignants, et se faisait six mois après la dernière injection et non cinq.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.