Covid-19 : couvre-feu à 18 heures dans toute la France

Covid-19 : couvre-feu à 18 heures dans toute la France©Panoramic

, publié le jeudi 14 janvier 2021 à 18h20

Pour freiner la circulation du Covid-19 et de son variant, le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi 14 janvier un nouveau couvre-feu à 18 heures étendu à toute la France dès samedi et pour au moins quinze jours.

C'était une nouvelle journée décisive pour le gouvernement Castex. Face au rebond du coronavirus et de son variant, le Premier ministre vient d'annoncer lors d'une conférence de presse relayée par France 2 un couvre-feu à 18 heures pour tous les Français dès samedi, et pour au moins quinze jours.

Jusqu'ici, ce couvre-feu avancé ne concernait que certains départements aux indicateurs épidémiologiques les plus mauvais. Le gouvernement craignait un retour de flammes après les fêtes de fin d'année et considère donc que c'est l'idée la plus équilibrée : "il apparaît selon les données que cette mesure a démontré une efficacité sanitaire", admet Jean Castex. Pour appuyer son argumentaire, le Premier ministre a évoqué les premiers départements placés sous le couvre-feu depuis janvier, qui ont vu leur nombre de cas positifs baisser de manière significative. 


Quelle sont les dérogations ?

Le couvre-feu n'empêchera personne de rentrer du travail, ni d'aller chercher ses enfants à l'école. Cette mesure ne remet pas non plus en cause les transports publics, l'enseignement, les activités péri-scolaires, la garde d'enfants et les activités professionnelles. Il semble aussi que le motif familial impérieux soit toujours valable. Mais cela contraint néanmoins tous les Français de cesser toute activité de loisir en plein air. En ce qui concerne les commerces, tous devront fermer à 18 heures, y compris pour la vente à emporter. Et pour se déplacer pendant le couvre-feu, plusieurs attestations sont évidemment disponibles et téléchargeables sur le site officiel du gouvernement ou encore sur l'application TousAntiCovid. Il faudra également se munir d'une carte d'identité en plus de l'attestation. Sans ces justificatifs, le contrevenant risque de payer une amende de 135 euros.

Une question d'équilibre selon le gouvernement

L'apparition du variant britannique, même s'il ne concerne qu'1% des cas positifs pour le moment, a grandement influencé le gouvernement dans l'application de cette nouvelle mesure. Pourtant, à l'automne dernier, l'exécutif avait également instauré un couvre-feu national. Mais celui-ci, peu respecté, n'avait duré que sept jours avant d'être finalement remplacé par le confinement.  Doit-on en conclure qu'il faut se préparer à un nouveau confinement à l'échelle nationale ? 
Emmanuel Macron aurait déclaré sa volonté de ne pas précipiter les restrictions afin de trouver le bon équilibre entre contrôle de l'épidémie et privations de liberté. Toutefois, il ne faut pas écarter l'idée que des mesures plus drastiques pourraient être annoncées jeudi 21 janvier si la courbe épidémiologique laisse présager une augmentation des contaminations. Le sort des Français dépend donc de l'évolution de l'épidémie mais surtout de son variant britannique, plus contagieux, qui semble inquiéter fortement le gouvernement.  
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.