Covid-19 : "consensus" pour de nouvelles mesures, qui pourraient être annoncées dès ce week-end

Covid-19 : "consensus" pour de nouvelles mesures, qui pourraient être annoncées dès ce week-end
Une rue de Strasbourg après le couvre-feu, le 10 janvier 2021.

, publié le vendredi 29 janvier 2021 à 12h15

Alors que le gouvernement consulte élus et partenaires sociaux pour décider des mesures à prendre pour endiguer l'épidémie de coronavirus, selon certains participants, un "mixte entre les deux premiers confinements" pourrait être décrété. 

Après avoir acté que le couvre-feu à 18 heures ne suffisait pas face aux variants plus contagieux du Covid-19, le gouvernement prépare les esprits à de nouvelles restrictions. Une succession de concertations menées à Matignon par le Premier ministre Jean Castex ont fait émerger "un consensus autour de la fragilité de la situation épidémique, et un second consensus qui découle directement du premier, (...) la nécessité de prendre des mesures supplémentaires pour freiner la circulation du virus dans les prochains jours", a indiqué jeudi soir le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal à l'issue des réunions. L'hypothèse d'un troisième confinement a constamment plané sur les échanges, ont rapporté les participants. Les concertations se poursuivent ce vendredi avec les partenaires sociaux. 



Quelles qu'elles soient, les nouvelles mesures attendues pour freiner la propagation du virus en France pourraient être annoncées dès ce week-end ou bien lundi par le président Emmanuel Macron. Les responsables politiques se sont vu annoncer qu'elles feraient l'objet d'un débat et d'un vote à l'Assemblée et au Sénat la semaine prochaine. Les mesures pourraient entrer en vigueur dès les jours suivants.

"On sent que le confinement est à la porte" et "à l'expression de Jean Castex, on sentait que ce serait peut-être un mixte entre les deux premiers confinements", a rapporté Patrick Kanner, chef de file des sénateurs PS. "Tout le monde constate qu'il faut un reconfinement très rapide. Attendre, c'est s'exposer à connaître la situation anglaise", a abondé le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde, d'après qui le gouvernement souhaite fermer les commerces.  

Le mode de confinement n'est pas tranché mais les déplacements devraient être limités, d'après Bertrand Pancher, président du groupe Libertés et territoires à l'Assemblée. Quant aux établissements scolaires, "la décision ne semble pas prise pour les écoles", a assuré le chef de file des députés LR, Damien Abad.

Si dans l'immédiat, "nous ne sommes pas à proprement parler dans une vague épidémique (...) le virus circule à un niveau élevé", "il diffuse plus vite chaque semaine" et l'efficacité du couvre-feu à 18 heures "s'estompe", constatait le ministre de la Santé Olivier Véran jeudi après-midi. Les variants du virus, qui se sont diffusés au Royaume-Uni et en Afrique du Sud et qui représenteraient désormais un dixième des cas en France (2.000 par jour), "sont susceptibles d'entraîner une vague épidémique très forte, plus forte encore que les précédentes compte-tenu de (leur) forte contagiosité", a mis en garde Olivier Véran alors que la pression hospitalière reste forte avec près de 24.000 nouvelles contaminations en 24 heures recensées jeudi et un niveau élevé d'entrées à l'hôpital et en réanimation. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.