Covid-19 : comment va se dérouler le retour en classe ?

Covid-19 : comment va se dérouler le retour en classe ?
Jean-Michel Blanquer, en septembre 2020 (illustration)

publié le jeudi 22 avril 2021 à 18h43

Le Premier ministre Jean Castex a confirmé que les élèves des écoles maternelles et primaires feront leur retour en classe lundi 26 avril.

Conformément à l'objectif fixé par l'exécutif début avril, les écoles maternelles et primaires vont rouvrir leurs portes lundi 26 avril pour l'ensemble des élèves, dans un "cadre sanitaire le plus protecteur possible" prôné par le gouvernement. Les collégiens et lycéens resteront en enseignement à distance jusqu'au 3 mai.

Le Premier ministre dit "entendre parfaitement les arguments selon lesquels l'amélioration de la situation sanitaire ne serait pas encore suffisante.

Mais nous avons la conviction que les dégâts provoqués par la fermeture prolongée des écoles sont catastrophiques". "Nous assumons ce choix, mais nous devons en tirer toutes les conséquences". "Les enfants ont besoin de l'école", a lancé Jean-Michel Blanquer.

Jean Castex a ainsi évoqué un "protocole strict", détaillé par le ministre de l'Education nationale. La règle sera la fermeture des classes au premier cas de contamination, a ainsi indiqué Jean-Michel Blanquer.



Pour la semaine du 3 mai, l'enseignement sera hybride en lycée. Cet enseignement dit en "demi-jauge" sera aussi appliqué aux collégiens, pour les élèves de 4e et de 3e des 15 départements les plus touchés.

Ce protocole sera accompagné d'un "renforcement massif des capacités de tests à tous les niveaux". Les tests salivaires vont être portés à 400.000 par semaine dès lundi, a promis le Premier ministre, contre 250.000 auparavant, évoquant même l'objectif de 600.000 à la mi-mai.

En parallèle, "64 millions d'autotests arriveront dès la semaine prochaine", a annoncé Jean Castex. Ces tests s'adresseront aux personnels de l'Education nationale, puis aux lycéens, "car les tests sont réservés pour le moment aux plus de 15 ans", a précisé le Premier ministre. Les autorités sanitaires pourraient prochainement adapter cette limite d'âge, a t-il encore ajouté.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.