Covid-19 : cinq cas de variant indien identifiés en France

Covid-19 : cinq cas de variant indien identifiés en France
(Photo d'illustration)

publié le vendredi 30 avril 2021 à 10h50

Depuis jeudi, trois cas de variant indien ont été détectés en Nouvelle-Aquitaine et deux dans les Bouches-du-Rhône. "Ces personnes n'ont pas de lien entre elles" et "toutes les précautions ont été prises", assure le ministre de la Santé Olivier Véran. 



Le ministre de la santé, Olivier Véran, avait déclaré mardi qu'"aucun cas de variant d'origine indienne" n'avait été détecté "en France métropolitaine", seuls deux cas en Guadeloupe ayant jusqu'ici été confirmés.

Ce n'est désormais plus le cas. Depuis jeudi 29 avril, cinq cas ont été identifiés dans l'Hexagone. 

Des personnes contaminées qui revenaient d'Inde

Un premier cas, dans le Lot-et-Garonne, a été annoncé jeudi en fin d'après-midi par l'Agence Régionale de Santé de Nouvelle-Aquitaine. Il s'agit d'une femme revenu d'Inde en mars, qui s'est fait tester parce qu'elle devait repartir à l'étranger, ont indiqué les autorités sanitaires. "Symptomatique", elle "a été testée positive le 9 avril, et s'est isolée avec sa famille à son domicile", a précisé par la suite le ministère de la Santé

L'ARS a indiqué vendredi matin que deux autres cas avaient été détectés, un deuxième en Lot-et-Garonne, le mari de la femme partie en Inde, et le troisième à Bordeaux. Il s'agit d'un homme qui revenait d'un voyage en Inde pour raison professionnelle. 

"Deux autres cas ont été détectés dans les Bouches-du-Rhône", a également annoncé jeudi soir le ministère de la Santé. Ils concernent "deux personnes arrivant d'Inde, sans lien l'une avec l'autre", "mises en quarantaine immédiatement après leur arrivée" et "testés positives au tout début de leur quarantaine respectivement le 19 et le 27 avril".

"Plusieurs autres suspicions"

"A ce jour, plusieurs autres suspicions d'infection par le variant B.1.617 ont été signalées en France chez des personnes ayant séjourné en Inde. Des investigations renforcées par les ARS et le séquençage des prélèvements (...) sont en cours", a ajouté le ministère.

Ces personnes "n'ont pas de lien entre elles, a insisté vendredi matin Olivier Véran sur franceinfo, assurant que "toutes les précautions avaient été prises". Il a notamment cité l'exemple d'un des deux cas dans les Bouches-du-Rhône, "quelqu'un qui arrivait des Pays-Bas, en provenance d'Inde, testé à l'aéroport à l'aide d'un test antigénique, isolé, confirmé en laboratoire par un PCR, placé par arrêté préfectorale en isolement contraint dans un hôtel de manière à ce qu'il ne sorte pas." "Le contact tracing a été immédiatement activé, notamment auprès des passagers qui étaient dans un périmètre autour de ce passager", a-t-il ajouté, précisant que "ces passagers avaient forcément bénéficié d'un test à l'arrivée", comme le cas confirmé, et qu'ils allaient être contactées afin qu'ils restent chez elle et qu'ils réalisent un test PCR.

Le variant indien circule dans beaucoup de pays autour de nous. Ces premiers cas ne sont pas une surprise en soi, il nécessite une intervention immédiate des services sanitaires, ce que nous faisons", a-t-il assuré. 

Des cas dans une vingtaine de pays, dont l'Allemagne

Ce variant B.1.617, détecté pour la première fois en Inde, soupçonné d'être plus contagieux que les souches précédentes du coronavirus, est jugé en partie responsable d'une deuxième vague épidémique dévastatrice en Inde.

Il a été détecté dans plus de 1.200 séquences de génome dans "au moins 17 pays", a indiqué mercredi la veille l'Organisation mondiale de la santé (OMS). La plupart des échantillons "viennent d'Inde, du Royaume-Uni, des Etats-Unis et de Singapour", mais aussi dans plusieurs pays européens (Belgique, Suisse, Grèce, Italie), précisait l'OMS. Plusieurs cas ont également été détectés en Allemagne, a indiqué jeudi Lothar Wieler, président de l'Institut de veille sanitaire Robert Koch.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.