Covid-19 : "Ça va mieux à tous les niveaux", assure Olivier Véran, mais "la deuxième vague n'est pas terminée"

Covid-19 : "Ça va mieux à tous les niveaux", assure Olivier Véran, mais "la deuxième vague n'est pas terminée"
Olivier Véran à Paris, le 26 novembre 2020.

, publié le jeudi 26 novembre 2020 à 13h18

Des soins continuent d'être reportés dans les hôpitaux français, a souligné le ministre, qui appelle les Français à ne pas se relâcher.

Les indicateurs de l'épidémie de coronavirus en France ne cessent de s'améliorer, a expliqué jeudi 26 novembre Olivier Véran. "Ça va mieux et à tous les niveaux", selon le ministre, qui a toutefois mis en garde : la "deuxième vague n'est pas terminée".

"Nous avons atteint le pic épidémique au cours de la deuxième semaine de novembre", a-t-il rappelé lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre.

Ainsi, "le nombre de contaminations est en diminution constante" et même "rapide", avec chaque semaine "environ 30% de diagnostic positifs en moins par rapport à la semaine précédente" pour atteindre sur la dernière semaine en moyenne 15.000 cas par jour.


"À ce rythme, nous pourrions atteindre l'objectif de 5.000 cas par jour en moyenne d'ici la deuxième semaine ou la fin de la deuxième semaine de décembre", a précisé le ministre. Une date qui correspond à la levée prévue du confinement, remplacé par un couvre-feu nocturne.

Le "pic hospitalier" (appels à SOS médecin, passages aux urgences, hospitalisations, admissions en réanimation) a lui aussi été atteint la semaine dernière, a insisté Olivier Véran. Mais la charge en soin reste très élevée. Des soins prévus sont encore reportés dans certains hôpitaux français, a-t-il souligné.


Selon les derniers chiffres de Santé publique France publiés mercredi soir, le nombre de patients Covid-19 hospitalisés est repassé sous les 30.000 (29.944) et 4.136 sont en réanimation ou soins intensifs, contre plus de 4.900 au début de la semaine dernière.

"On peut dire que ça va mieux et à tous les niveaux" mais "cependant la charge en soin reste très élevée. Hier, on comptait encore une nouvelle hospitalisation toutes les minutes, et une admission en réanimation toutes les 6 minutes", a mis en garde le ministre. "L'épidémie n'est pas dernière nous, la seconde vague n'est pas terminée, nous devons poursuivre sur notre lancée et ne pas relâcher nos efforts", a-t-il encore déclaré.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.