Covid-19 : avec l'arrivée annoncée de vaccins, Jean-François Delfraissy "voit la sortie de tunnel"

Covid-19 : avec l'arrivée annoncée de vaccins, Jean-François Delfraissy "voit la sortie de tunnel"
Le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy, le 15 septembre 2020.

, publié le vendredi 20 novembre 2020 à 10h30

"Même si le vaccin ne réglera pas tout, et que l'année 2021 ne sera pas une année comme les autres", le président du conseil scientifique se veut "optimiste". 

Alors que le nombre de contaminations et d'hospitalisations reste élevé en France, l'annonce ces derniers jours de deux vaccins sûrs et efficaces à plus de 90% contre le Covid-19 a fait naître une lueur d'espoir. "Ces premières données me rendent optimiste : finalement, il ne sera peut-être pas aussi difficile qu'on le pensait de mettre au point un vaccin contre ce coronavirus !", s'est réjoui le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy dans un entretien au Monde publié vendredi 20 novembre. 



"Il reste cependant une question très importante, qui est la durée de l'immunité : les vaccins protégeront-ils quelques mois, ou davantage ? Mais même si ce n'est que quelques mois, et même si la protection n'est que de l'ordre de 70 %, c'est une lueur d'espoir dans ce tunnel", a-t-il ajouté.

Selon le président du conseil scientifique, "avec des vaccins dont la sécurité aura été établie, et une stratégie vaccinale bien conduite, on devrait être en mesure de protéger les plus fragiles dès fin février-mars".

Le reste de la population pourrait se voir proposer une campagne de vaccination volontaire "à l'été, voire en septembre" 2021. 


Jean-François Delfraissy ne se dit pas favorable à une vaccination obligatoire. "Il est préférable que nos concitoyens s'emparent de ce sujet. Je fais le pari que les plus âgés et les plus fragiles se vaccineront massivement", a-t-il expliqué, soulignant que "pour certaines populations, le bénéfice risque (d'un vaccin) est absolument indiscutable". "C'est le cas pour les plus de 65 ans, dont je fais partie, et je me ferai vacciner", a-t-il ajouté. "Pour les plus jeunes, se faire vacciner dans un tel contexte est un acte civique", a poursuivi le président du conseil scientifique.

Le scientifique a par ailleurs rappelé que la circulation du virus restait importante en France et qu'"on ne pourra sans doute pas atteindre une situation 'normale' au moment des fêtes de fin d'année". "Les Français doivent donc continuer à prendre des précautions pour eux-mêmes et pour les autres", a-t-il souligné. "Si on veut éviter ce qui s'est passé cet été, après le premier déconfinement, et maîtriser la circulation du virus, il faut continuer d'appliquer les gestes barrières, et poursuivre la stratégie tester-tracer-isoler, en l'optimisant", a-t-il ajouté.

"Même si le vaccin ne réglera pas tout, et que l'année 2021 ne sera pas une année comme les autres, je vois la sortie de tunnel", a conclu Jean-François Delfraissy.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.