Covid-19 : à quoi sert la deuxième dose de vaccin?

Covid-19 : à quoi sert la deuxième dose de vaccin?
(illustration)

publié le samedi 02 janvier 2021 à 11h00

L'ensemble des solutions jusqu'à présent mises au point nécessitent un rappel pour augmenter la protection face au coronavirus.

Les vaccinations contre le Covid-19 ont commencé au compte-goutte en France, avec quelques centaines de personnes vaccinées depuis la fin décembre. Plus de 78.000 personnes ont été vaccinées contre le Covid-19 en Allemagne, plus de 8.300 en Italie mais seulement 332 dans l'Hexagone (selon le site indépendant covidtracker, qui compile les chiffres des autorités sanitaires), pays où la défiance envers les vaccins est forte. Assumant sa "stratégie" vaccinale,le gouvernement va également poursuivre sa stratégie consistant à faire injecter deux doses de vaccin par patient, pour le rendre plus efficace. Cette stratégie diffère de celle du Royaume-Uni, qui a changé de cap et opté pour une seule dose afin de l'administrer à plus de personnes.


Selon franceinfo, le ministre de la Santé affirme suivre la préconisation des laboratoires Pfizer/BioNTech, qui indiquent que le vaccin doit être injecté à deux reprises, à trois semaines d'intervalle.Ce rappel permet d'augmenter l'efficacité du vaccin à 95%, contre 70% si une seule dose est reçue, selon les laboratoires.

"Il faut que la protection dure"

La question de la durée de l'immunité est également centrale. Jusqu'à présent, toutes les autorisations de mise sur le marché concernent des schémas de vaccination à deux doses. "Même si nous manquons encore de recul, le rôle de la deuxième injection est de faire durer l'immunité. Rien ne dit pour le moment que la première dose seule offrira cette même protection", commente ainsi Jean-Daniel Lelièvre, chef du département d'immunologie clinique et de maladies infectieuses à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne), dans les colonnes du Monde.


La stratégie britannique "est donc un pari", estime t-il. "On peut protéger individuellement deux fois plus de monde. Mais si, comme nous, on vise à long terme l'acquisition d'une immunité de groupe, il faut que la protection dure, car on ne vaccinera pas 40 millions de personnes en trois mois".





 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.