Covid-19 : à Marseille et Aix, des verbalisations dès aujourd'hui si la fermeture des bars et restaurants n'est pas respectée

Covid-19 : à Marseille et Aix, des verbalisations dès aujourd'hui si la fermeture des bars et restaurants n'est pas respectée
(Photo d'illustration)

, publié le lundi 28 septembre 2020 à 19h43

Bars et restaurants devront rester fermés pour une durée d'au moins huit jours dès ce lundi 28 septembre à Aix-en-Provence et Marseille. Le préfet des Bouches-du-Rhône a tenu à avertir ceux qui se risqueraient à ne pas respecter la mesure.

Dès ce lundi 28 septembre et pour une durée minimum de huit jours, les bars et restaurants restent fermés à Aix-en-Provence et Marseille, deux communes classées "zones d'alerte maximale" dans les Bouches-du-Rhône.

Une mesure anti-Covid afin de tenter de freiner l'épidémie dont la progression inquiète.



Et il n'y aura pas de temps pour la pédagogie. "Il y aura des verbalisations à partir d'aujourd'hui si ces mesures ne sont pas respectées", a prévenu ce lundi sur franceinfo Christophe Mirmand, préfet des Bouches-du-Rhône. "Nous sommes dans un état de droit, il est donc normal que nous appliquions la règle qui a été fixée, en application d'un décret du 10 juillet dernier", a-t-il justifié.

Les mesures pourront être "réexaminées" avant l'échéance du 11 octobre, entrevoit l'arrêté, en ménageant "une revoyure dans huit jours" basée sur les indicateurs épidémiques de l'Agence régionale de santé de la région Paca.

"Les choses semblent se passer comme elles le doivent"

En attendant, les éventuels contrevenants s'exposent à "des amendes administratives qui seront dressées, il y aura éventuellement un dépôt de plainte devant le procureur de la République, et il y aura également des sanctions administratives qui pourront être mises en oeuvre, qui priveront les cafetiers concernés de pouvoir rouvrir lorsque cette mesure prendra fin", a détaillé Christophe Mirman.

"Ca pourra commencer par des amendes de 135 euros, qui seront multipliées autant de fois qu'elles seront réitérées. Ce sont ensuite des poursuites qui pourront être demandées devant le procureur de la République", a continué le préfet des Bouches-du-Rhône, toujours sur franceinfo, avant d'ajouter néanmoins : "Les choses semblent se passer comme elles le doivent, avec des établissements qui demeurent fermés."

La colère des élus et des professionnels

Ces mesures dévoilées mercredi par Olivier Véran avait déclenché la colère des professionnels et de nombreux élus de la métropole Aix-Marseille-Provence et notamment du premier adjoint au maire de Marseille, Benoît Payan, qui avait parlé "d'affront" fait à la deuxième ville de France.

Si certains gérants de bars ou de restaurants marseillais et aixois ont menacé de braver cette nouvelle interdiction d'ouverture, le président départemental de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie le leur a clairement déconseillé dimanche, à l'antenne de France Bleu Provence : "Sinon certains d'entre eux seront punis et on aura toutes les difficultés à les défendre", a averti Bernard Marty, annonçant par contre "des actions juridiques et physiques dans les heures ou les jours qui viennent".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.