Covid-19 : 447 nouvelles admissions en réanimation et 367 morts en 24 heures

Covid-19 : 447 nouvelles admissions en réanimation et 367 morts en 24 heures
Le rythme des hospitalisations et des décès rappelle désormais ceux du printemps

publié le vendredi 06 novembre 2020 à 07h51

Le nombre de malades en France ne faiblit pas malgré le confinement. Les effets de ce dernier se font attendre.

En France, la seconde vague de l'épidémie met à rude épreuve les hôpitaux et les soignants, confrontés à un afflux de plus en plus massif de malades.

Avec 447 nouvelles admissions dans les services de réanimation, soins intensifs et continus ces dernières 24 heures et un nombre quotidien de morts oscillant autour de la barre des 400 depuis lundi (367 ces dernières 24 heures), le rythme des hospitalisations et des décès rappelle désormais ceux du printemps.



Au niveau national, 4.221 malades du Covid-19 se trouvaient en réanimation jeudi, sur une capacité portée de 5.000 à 6.400 lits. Une capacité qui devrait bientôt dépasser 7.500, avec un palier suivant établi à 10.500, selon le gouvernement.

"On ne verra pas d'effets du confinement probablement avant dix jours", a pronostiqué sur CNews Philippe Juvin, le chef des urgences de l'hôpital Pompidou.

Des transferts de patients ont déjà lieu mais cette solution ne pourra pas être utilisée aussi souvent qu'au printemps dernier plaident les autorités car toutes les régions de France sont touchées, en particulier la région Rhône-Alpes.



Surmonter "la lassitude"

Jeudi lors d'une conférence de presse, Olivier Véran et Jérôme Salomon ont appelé les Français à surmonter "l'amertume" et "la lassitude" pour garantir la réussite du deuxième confinement, entré en vigueur il y a moins d'une semaine afin de tenter de dompter une deuxième vague "brutale" qui "se propage rapidement".

Le ministre de la Santé n'a fait part d'aucune nouvelle mesure de restriction au niveau national. A Paris, Anne Hidalgo a annoncé des fermetures d'établissements faisant de la vente à emporter après 22 heures à cause d'attroupements formés devant.

Des médecins favorables à des mesures plus strictes

Dans un contexte où l'Organisation mondiale de la santé (OMS) constate "une explosion" des contagions en Europe, des voix s'élèvent déjà pour que le confinement prenne des allures plus strictes.

"Les mesures prises (...) auraient pu être plus coercitives", a estimé jeudi soir Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital Tenon, sur RTL, appelant à "augmenter la puissance de feu coercitive" si les Français ne respectent pas suffisamment le confinement.

Changement pour les lycées

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a annoncé jeudi un renforcement du protocole sanitaire dans les lycées, qui pourront basculer vers davantage de cours à distance à condition de conserver au moins 50% de cours en présentiel.

Et pour tenir compte des conséquences de la crise sur la préparation du baccalauréat, Jean-Michel Blanquer a aussi annoncé des adaptations, notamment l'annulation des épreuves d'évaluation communes de Première et Terminale au profit du contrôle continu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.