Coup de filet dans l'entourage de l'assassin de Samuel Paty

Coup de filet dans l'entourage de l'assassin de Samuel Paty©Panoramic

publié le mardi 12 janvier 2021 à 14h30

Sept individus ont été interpellés par la sous-direction antiterroriste (Sdat) et la Direction générale de la sécurité interieure (DGSI) dans l'enquête sur l'assassinat de Samuel Paty, mardi 12 janvier, selon Le Point.

Un coup de filet a été mené mardi 12 janvier dans l'entourage d'Abdoullakh Anzorov, l'assassin de Samuel Paty. Sept personnes ont été arrêtées et des perquisitions ont été menées par la sous-direction antiterroriste (Sdat) et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), selon Le Point.

Le jeune Tchétchène de 18 ans avait décapité l'enseignant le 16 octobre 2020 à Conflans-Sainte-Honorine. Les opérations ont été menées simultanément dans plusieurs villes françaises, selon le magazine, et lancées sur commission rogatoire des juges antiterroristes. Dans les détails, la Sdat a interpellé six personnes et la DGSI en a interpellé une, notamment issues de la communauté tchétchène.



Les individus interpellés auraient été en relation avec le terroriste sur les réseaux sociaux, précise encore Le Point, notamment via Snapchat ou Instagram. Dans ce dossier, 14 personnes sont mises en examen, notamment pour association de malfaiteurs terroriste en vue de la préparation d'un crime et assassinat, et complicité d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste. Sur ces 14 personnes, six d'entre elles au moins sont détenues. Quant à la collégienne qui avait accusé le professeur d'histoire-géographie de discrimination des élèves musulmans, elle a été mise en examen pour dénonciation calomnieuse.

Vidéo de propagande

Elle n'avait pourtant pas assisté au cours sur la liberté d'expression de Samuel Paty, ce qui ne l'avait pas empêchée de porter ces accusations. Ensuite, son père avait dénigré l'enseignant sur les réseaux sociaux, avec l'aide d'un militant islamiste. Les deux, Brahim Chnina et Abdelhakim Sefrioui, avaient réalisé une vidéo incriminant le professeur, propagande qui a incité ensuite Abdoullakh Anzorov à passer à l'acte.

Se proclamant "vengeur" du prophète Mahomet, car Samuel Paty avait montré des caricatures de Charlie Hebdo, notamment, lors de son cours, le Tchétchène avait assassiné l'enseignant, avant d'être tué par la police lors de son interpellation.  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.