Cote de popularité : Emmanuel Macron stagne, Édouard Philippe prend le large

Cote de popularité : Emmanuel Macron stagne, Édouard Philippe prend le large
Emmanuel Macron et Édouard Philippe le 8 mai 2018 à Paris.

Orange avec AFP, publié le dimanche 21 octobre 2018 à 08h08

La cote de popularité du Premier ministre a bondi de sept points en un mois atteignant 41% d'opinions favorables, contre seulement 29% pour Emmanuel Macron.

Le remaniement ministériel et la longue attente qui l'a précédé ont-ils été bénéfiques à Édouard Philippe ? La cote de popularité d'Emmanuel Macron stagne à 29% en octobre, comme en septembre, tandis que celle du Premier ministre bondit à 41%, gagnant 7 points en un mois, indique un sondage Ifop publié dimanche 21 octobre par le JDD.

Avec 29% de satisfaits et 70% de mécontents, le chef de l'État reste à son plus bas niveau depuis son élection, après une chute de 11 points depuis juin. L'image du président subit les effets d'un été et d'une rentrée plombés par l'affaire Benalla et les démissions de Nicolas Hulot et Gérard Collomb.

Les mécontents sont surtout présents chez les employés, les ouvriers et les retraités, quand les chefs d'entreprise, commerçants ou cadres sont les moins mécontents, sans pour autant être majoritairement satisfaits. Au même moment de leur mandat, François Hollande totalisait 23% de satisfaits et Nicolas Sarkozy 43%. 

Philippe plus populaire que Macron chez les sympathisants LREM

Le Premier ministre en revanche compte désormais 41% de satisfaits contre 55% de mécontents, retrouvant quasiment sa cote de 42% de juin, après un recul à 34 % en septembre.  Même au sein de La République en Marche, Édouard Philippe est devenu plus populaire qu'Emmanuel Macron, avec 91 % de satisfaits contre 86% pour le chef de l'État, qui perd un point en un mois au sein de son propre parti.

Il y a désormais 12 points d'écart entre le Premier ministre et Emmanuel Macron. "C'est la première fois depuis le début du quinquennat qu'on a un écart aussi net de popularité et même un déséquilibre entre Macron et Philippe", note Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop pour le JDD. "Il y a une sorte de petit état de grâce d'Édouard Philippe, déconnecté de la popularité présidentielle alors que, précédemment, Macron tirait Philippe vers le haut ou vers le bas". 

L'enquête a été menée du 13 au 20 octobre  auprès d'un échantillon de 1968 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.