Corse : les vaches font leur loi et sèment la pagaille !

Corse : les vaches font leur loi et sèment la pagaille !©Panoramic

publié le mardi 17 août 2021 à 20h55

Le phénomène s'intensifie autant qu'il inquiète. D'après Le Point, en Corse de plus en plus de vaches livrées à elles-mêmes causent des dégâts et s'en prennent aux humains.  "Il est grand temps de prendre le taureau par les cornes".

Ange-Pierre Vivoni, président de l'association des maires de Haute-Corse, utilise l'humour, mais le problème est bien réel. Les vaches auraient-elles pris le pouvoir en Corse ? C'est ce qu'on pourrait croire après cette série de fait divers relatée par Le Point. Au matin du 4 août, sur la plage paradisiaque du Lotu (Haute-Corse), un touriste s'est fait encorner les membres inférieurs par une vache avant d'être conduit à l'hôpital. Une attaque de vache de plus après celle subie quelques jours plutôt à Niolu. Alors qu'elle étendait tranquillement son linge, une dame de 70 ans a été violemment percutée par le bovin. Le 13 août, des vaches ont, elles, eu l'idée de courser en pleine rue à Sainte-Lucie-de-Tallano deux passants. "Les touristes voient ça comme du folklore, ils en rigolent et les prennent en photo, mais c'est un fléau", estime un élu de Niolu, interrogé par Le Point.    Un phénomène qui prend de l'ampleur   Livrées à elles-mêmes, les vaches saccagent les espaces publics et forcent la préfecture à prendre des mesures drastiques  "afin de prévenir le risque d'accident avec les vaches en divagation" en fermant l'accès à certaines plages. D'après Le Point, c'est entre 10 000 et 15 000 vaches et bœufs qui se baladent librement en Corse. (double espace) "Il y a eu des accidents mortels par le passé. Les maires prennent des arrêtés qui sont difficilement applicables, bien qu'ils soient pénalement responsables en cas d'accident. Mais ils ne peuvent pas jouer aux cow-boys et faire des rondes pour surveiller les animaux", rappelle Ange-Pierre Vivoni.  La politique agricole commune en cause   Mais d'où viennent toutes ces vaches en liberté ? C'est une époque révolue, mais il fut un temps où les subventions de la PAC étaient distribuées en fonction du nombre de bêtes déclarées par les agriculteurs. Une politique qui s'est retournée contre les Corses aujourd'hui. "Ce sont les primes qui ont créé les vaches, des éleveurs fictifs prenaient du bétail, mais ne s'en occupaient pas", constate un agriculteur interrogé par Le Point. Pour Ange-Pierre Vivoni, il faut une remise en question de la PAC. "Une des pistes pourrait être de changer le fléchage des aides financières pour soutenir la production et aider les éleveurs à clôturer leurs parcelles, au lieu d'attribuer des primes aux surfaces et à la vache allaitante", avance-t-il. Et de conclure : "La situation appelle une remise en cause des éleveurs, mais aussi des élus et des autorités."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.