Corse, Haute-Savoie : les immatriculations préférées des Français

Corse, Haute-Savoie : les immatriculations préférées des Français
(illustration)

, publié le mardi 02 mars 2021 à 18h35

Si elles ne sont pas les plus distribuées en nombre absolu, les plaques 2A et 2B sont les plus demandées de France en proportion à la densité de population des deux départements insulaires. Plusieurs éléments expliquent la tendance.

Il y a certaines tendances que la crise n'affecte pas.

Les plaques d'immatriculation des départements corses font toujours l'objet d'une forte demande, selon un classement établi par le site spécialisé eplaque.fr et relayée par BFMTV.

En nombre absolu d'immatriculations, le département en tête de liste est la Haute-Savoie, avec sa plaque 74. "La combinaison de plusieurs facteurs expliquent cet engouement pour la Haute-Savoie: densité de population, tourisme important avec des déplacements vers le département qui se font en voiture et fort attachement des habitants à leur département", détaille Benoit Ginet, fondateur de Eplaque.fr, dans un communiqué cité par BFMTV. Le podium du plus grand nombre d'immatriculations est complété par Paris (75) et les Bouches-du-Rhône (13).

Au-delà de ces chiffres, l'engouement pour les plaques de Corse sort du lot. Les immatriculations 2A (Corse du Sud) et 2B (Haute-Corse) se classent respectivement en 5e et 10e position, alors que les départements ne sont que 96e et 92e en termes de population.

"Il y a trois phénomènes qui expliquent cette forte demande pour le logo corse. En premier lieu, le très fort attachement des corses à leur région, peu importe où ils résident sur le territoire. Apposer la tête de Maure sur la plaque de sa voiture serait également un gage de sérénité dans l'inconscient collectif. Enfin, à l'approche de la traversée de la Méditerranée, les automobilistes préféreraient apposer l'emblème de la Corse pour éviter d'être perçus comme des touristes", expliquait Benoit Ginet dès 2018.

Conséquence de la crise sanitaire et économique, les ventes d'automobiles neuves en France ont reculé en février de 20,95% sur un an, a annoncé lundi 1er mars le comité des constructeurs (CCFA). Avec 132.637 immatriculations, contre une moyenne de 160.000 ces dernières années "la baisse des commandes du second semestre 2020 se fait sentir ainsi que le début de la pénurie des semi-conducteurs pour le secteur automobile", a indiqué le CCFA dans un communiqué.


 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.