Corruption à la prison de Fresnes: deux suspects présentés à un juge

Corruption à la prison de Fresnes: deux suspects présentés à un juge

Entrée de la prison de Fresnes en 2016

AFP, publié le mercredi 28 mars 2018 à 12h31

Deux suspects, dont un directeur de la prison de Fresnes (Val-de-Marne), soupçonnés d'être impliqués dans un vaste réseau de corruption en détention, ont été présentés à un juge d'instruction mercredi en vue de leur mise en examen, a-t-on appris auprès du parquet de Créteil.

Le premier est un directeur de 49 ans, qui supervisait l'un des trois bâtiments de la prison. En poste depuis 2014 à Fresnes, il est soupçonné d'avoir accordé des faveurs à des détenus majoritairement membres de la communauté juive, moyennant finance. 

Des avantages qui pouvaient aller du portable laissé en cellule à des interventions en cas d'incidents, en passant par l'appui du cadre pénitentiaire en faveur d'un aménagement de peine, selon une source proche de l'enquête.

Le second, Fabrice Touil, 42 ans, renvoyé devant la justice pour son implication dans un volet de la fraude à la TVA sur la taxe carbone, est soupçonné d'avoir remis de l'argent à plusieurs reprises à ce directeur. 

Après 48 heures de garde à vue, les deux hommes "sont déférés en vue de leur mise en examen", a précisé le parquet à l'AFP. 

La découverte de ce système de corruption au sein d'un des plus grands établissements pénitentiaires français a conduit à des interpellations menées lundi et mardi.

La femme et le frère du directeur, un surveillant pénitentiaire, l'aumônier juif régional et deux détenus - Arnaud Mimran, un financier déjà condamné dans un volet de la fraude à la taxe carbone, et Eric Robic, le chauffard français qui avait écrasé une Israélienne à Tel-Aviv en 2011 - ont été arrêtés. Ils ont été relâchés à l'issue de leur garde à vue.

Lors des perquisitions menées lundi aux domiciles des suspects et à l'intérieur de la prison, les policiers ont saisi 280.000 euros en liquide.

L'enquête avait débuté en février 2017, après un signalement de l'administration pénitentiaire à la justice. Les investigations ont été confiées à la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE) et à la Brigade de répression du banditisme (BRB) de Versailles.

Le directeur et le surveillant soupçonnés dans cette affaire ont été "immédiatement suspendus" par l'administration pénitentiaire, qui a lancé une enquête interne.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
11 commentaires - Corruption à la prison de Fresnes: deux suspects présentés à un juge
  • est ce que les investigations va se prolonger jusque chez les magistrats mis en cause pour les octrois de remises de peine

  • pourquoi le chauffard n'est il pas en prison en Israel ,parce que chez nous c'est plus confortable ?

  • Il existe une autre forme de corruption qui concerne les biens fonciers du Domaine Public ; celle-là, on n'en entend jamais parlé.
    Il faut dire que le savoir ne nous mène à rien puisqu'il n'y a pas moyen d'alerter un service public, aucun n'étant compétent en la matière. Et le "lanceur d'alerte" n'a pas de raison de signaler de tels abus de droit sur notre bien commun puisqu'il n'est même pas protégé. Et il ne va pas se lancer dans une procédure contre un service administratif et des citoyens ! Il faudrait qu'il dépense de l'argent pour assurer sa défense. Un truc de fou qui le passerait au rouleau compresseur de la dictature financière du système judiciaire. Seul contre tous les petits escrocs.
    La seule solution : écrire un livre sur le sujet. Cela intéressera tous les petits escrocs.

  • Difficile de comprendre que la corruption mise en exergue porte toujours sur l'argent.
    Il existe une autre forme de corruption souterraine qui concerne les biens du Domaine Public.

  • Franchement un directeur ça ne fait pas très sérieux, peut être avait il envie de devenir locataire