Coronavirus: un rapport au vitriol des pompiers dénonce la gestion de la crise

Chargement en cours
Des patients et des soignants dans un TGV lors d'une évacuation de malades du Covid-19 entre Paris et la Bretagne
Des patients et des soignants dans un TGV lors d'une évacuation de malades du Covid-19 entre Paris et la Bretagne
1/2
© AFP, Thomas SAMSON, POOL

, publié le dimanche 05 juillet 2020 à 21h04

Dépassés et incapables de coordonner les secours: dans un rapport au vitriol, la fédération des pompiers a étrillé la gestion de l'épidémie de coronavirus par le ministère de la Santé et ses agences, qui dénoncent des accusations infondées.

Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF), qui chapeaute les 247.000 pompiers du pays, l'épidémie du Covid-19 aurait dû être l'occasion de mobiliser au mieux tous les administrations et services de secours.

Mais dans un rapport interne destiné au ministère de l'Intérieur, et révélé dimanche par le Parisien, elle dresse un constat cinglant de la gestion de la crise par le gouvernement, accusé d'en avoir confié le pilotage au seul ministère de la Santé.

Ce rapport vient alimenter des tensions de longue date entre les pompiers, qui dépendent de l'Intérieur, et les services de santé sur la façon de gérer les appels d'urgence, le secours et le transport des malades. 

Ce document "n'est pas finalisé et ne devait pas fuiter dans la presse", a précisé auprès de l'AFP Hugues Deregnaucourt, vice-président de la FNSPF, tout en assumant ces critiques cinglantes vis-à-vis du ministère de la Santé et de ses Agences régionales de santé (ARS). 

Dans cette crise, on a confié à l'administration de la Santé "le rôle de commandant de crise, alors que rien dans son organisation et sa culture ne le prédisposait à assurer efficacement ce rôle", dénonce la FNSPF.

Les ARS "ont semblé accaparées par la gestion du nombre de places en réanimation hospitalière et par les remontées statistiques", affirme le rapport.

Jusqu'à la mi-mars, ajoute-t-il, le ministère de l'Intérieur et les préfets ont été exclus du processus de décision. Puis, il y eut "une organisation bicéphale entre les ministères de la Santé et de l'Intérieur". Or pour gérer une crise, il faut "un commandement unique", selon la FNSPF.

- "Esbroufe" -

Tout cela a largement compliqué le travail et l'organisation des services de secours sur le terrain.

"On a manqué de pragmatisme, de réalisme, de proximité et de confiance en ceux qui sont confrontés aux problématiques des gens au quotidien", a abondé dans l'après-midi le président de la FNSPF, Grégory Allione.

"Les maires, les départements n'ont jamais été utilisés par les ARS", a-t-il déclaré à l'AFP lors d'une visite à Sallanches (Haute-Savoie).

Cette absence de dialogue a notamment favorisé "l'oubli des Ehpad, laissant seules les collectivités territoriales face aux décès en nombre de nos aînés", souligne le rapport.

"On faisait remonter" la situation dans les Ehpad et les pompiers ont proposé d'évacuer des malades, "mais rien ne se passait", a regretté M. Allione.  Les pompiers se sont sentis particulièrement "sous-utilisés", souligne leur fédération.

"Dans certains départements, "on a vraiment fait attention à ne pas utiliser les pompiers", ajoute même M. Deregnaucourt.

La FNSPF dénonce également la saturation du numéro d'urgence 15, régulé par le Samu, avec selon elle des temps d'attente avoisinant parfois les quarante minutes.

Et en profite pour réclamer à nouveau l'instauration de deux numéros, le 112 pour les urgences et le 116-117 pour d'autres soins, pour soulager les standards du Samu (15) comme les siens (17) inondés d'appels pas toujours urgents.

Le rapport épingle également les centaines d'évacuations de patients en TGV ou en hélicoptère visant à désengorger les hôpitaux, une "véritable esbroufe" selon la fédération, "car souvent il y avait de la place dans la clinique d'en face".

Interrogé par l'AFP, le ministère de la Santé a regretté la publication "en pleine crise" d'un "rapport clairement pas étayé" qui "ne reflète pas les actions" des professionnels mobilisés.

Il a récusé toute absence de communication entre ARS et préfectures et justifié les évacuations en train depuis l'Ile-de-France où, "fin mars, il ne restait plus qu'un lit de réanimation disponible".

Président de Samu-Urgences de France, François Braun a, lui, dénoncé auprès de l'AFP un "pamphlet" compilant de "fausses informations" qui témoignent de "la grande frustration" de la fédération.

"Les gens ont réussi à joindre le Samu. On n'a pas perdu d'appels graves, et surtout on a permis de désengorger les urgences", a assuré M. Braun en n'excluant pas de porter plainte pour diffamation.

Depuis le début de l'épidémie de coronavirus qui a fait près de 30.000 morts en France, l'exécutif a été visé par de nombreuses plaintes  pour "mise en danger de la vie d'autrui" ou "homicide involontaire".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.