Coronavirus: un décret publié pour réquisitionner les masques de protection

Coronavirus: un décret publié pour réquisitionner les masques de protection
La mesure avait été annoncée par le président Emmanuel Macron pour répondre à l'inquiétude de personnels de santé.

, publié le mercredi 04 mars 2020 à 08h25

Le texte vise à garantir l'accès des professionnels de santé et des patients à ce matériel médical alors que le nombre de personnes contaminées par le Covid-19 a franchi la barre symbolique des 200 en début de semaine. 

Il s'agit d'une mesure exceptionnelle. Un décret sur les réquisitions des stocks de masques de protection contre la diffusion du coronavirus, épidémie qui menace de s'ancrer dans la durée en France, a été publié mercredi au Journal officiel.

Les masques seront mobilisés "eu égard à la nature de la situation sanitaire et afin d'en assurer un accès prioritaire aux professionnels de santé et aux patients dans le cadre de la lutte contre le virus covid-19", indique le texte.




Dans le détail, sont concernés par cette mesure exceptionnelle en application jusqu'au 31 mai, les stocks de masques de protection respiratoire de type FFP2 détenus par "toute personne morale de droit public ou de droit privé" et les stocks de masques anti-projections détenus par les entreprises qui en assurent la fabrication ou la distribution.
Les masques de protection respiratoire de type FFP2 et les masques anti-projections produits d'ici au 31 mai sont réquisitionnés, insiste le décret.

Une mesure annoncée par Emmanuel Macron sur Twitter


La mesure avait été annoncée par le président Emmanuel Macron sur Twitter, pour répondre à l'inquiétude de personnels de santé craignant de ne pas pouvoir se procurer des masques indispensables dans leur métier.



La France est l'un des principaux foyers du nouveau virus en Europe, avec l'Italie et l'Allemagne.
Avec quatre décès et plus de 200 cas confirmés sur son territoire, soit un doublement en trois jours, le pays se prépare à une nouvelle intensification de l'épidémie qui touche désormais à la vie quotidienne des Français.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.