Coronavirus : trois hommes mis en examen dans le Val-de-Marne pour avoir voulu revendre des masques périmés

Coronavirus : trois hommes mis en examen dans le Val-de-Marne pour avoir voulu revendre des masques périmés
Une employée emballe des masques de protection dans une entreprise de fabrication, le 28 février 2020.

, publié le dimanche 08 mars 2020 à 11h30

Ils sont soupçonnés d'avoir récupéré 40.000 masques de protection périmés et d'avoir voulu effacer les dates de fin d'usage pour les revendre, en pleine épidémie de coronavirus. 

C'est une voisine qui a permis de découvrir le trafic. Intriguée par les allers-retours "incessants" de trois hommes entre leur camion et le local à poubelle de son immeuble du Val-de-Marne, en région parisienne, elle a prévenu la police. Les forces de l'ordre sont intervenues et ont interpellé les suspects en train de charger dans leur camion près de 40.000 masques de protection périmés depuis septembre 2012. 

Soupçonnés d'avoir voulu revendre ces masques périmés en pleine épidémie de coronavirus, les trois hommes, âgés de 28, 21 et 20 ans, ont été mis en examen samedi 7 mars pour escroquerie en bande organisée, a-t-on appris auprès du parquet de Créteil (Val-de-Marne). Mis en garde à vue jeudi à Maisons-Alfort, ils ont également été mis en examen pour participation à association de malfaiteurs.



Les trois hommes comptaient effacer à l'aide de dissolvant la date de fin d'usage se trouvant sur chaque sachet individuel de ces masques de type FFP2 (possédant un système de filtrage et plus étanches), qui avaient été achetés à Marseille.

Depuis le début de l'épidémie de coronavirus sur le territoire hexagonal, les masques de protection sont devenus un produit rare. Plus de 8.000 masques ont été volés dans des hôpitaux parisiens et 2.000 à Marseille. Mardi, Emmanuel Macron a annoncé la réquisition des stocks et de la production des masques de protection. 

L'épidémie de coronavirus a fait 16 morts en France et 949 cas ont été détectés selon le dernier bilan du ministère de la Santé communiqué samedi soir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.