Coronavirus : "Surtout, ne licenciez pas", lance Muriel Pénicaud aux patrons

Coronavirus : "Surtout, ne licenciez pas", lance Muriel Pénicaud aux patrons
Muriel Pénicaud à Paris, le 25 novembre 2019.

publié le lundi 16 mars 2020 à 11h16

La ministre assure que les mesures de chômage partiel vont permettre aux entreprises de maintenir l'emploi sans devoir mettre la clé sous la porte.

Face à l'épidémie de coronavirus, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a demandé, lundi 16 mars sur BFMTV, aux chefs d'entreprises de privilégier le chômage partiel aux licenciement, pour éviter une "énorme casse sociale".

"J'ai un message aux employeurs : si vous êtes en difficulté d'activité économique, complète ou partielle, ne licenciez pas, ne licenciez pas !", a-t-elle supplié. Mettez tout le monde en chômage partiel."


"Surtout ne licenciez pas, a encore demandé la ministre.

Parce que sinon c'est la casse sociale. Et puis comment on va repartir demain, s'il n'y a plus de compétences dans les entreprises ? On va ressortir plus fort, plus vite si on ne licencie pas."

Muriel Pénicaud a également annoncé que des mesures équivalentes au chômage partiel seraient prises pour les employés à domicile. "Nous avons pris une décision : on va mettre en place un système similaire au chômage partiel pour que, si une assistante maternelle, ou si une femme de ménage, à domicile - quelqu'un qui travaille à domicile -, ne peut plus exercer son activité - parce que l'employeur ne peut plus le faire -, ou partiellement - parce que souvent elles ont plusieurs contrats (je dis 'elle' parce qu'il y a beaucoup de femmes) et qu'il y en a certains qui sont annulés -, à ce moment-là, elles toucheront 80% de leur salaire, sans aller travailler. C'est l'employeur qui fait l'avance et on leur remboursera à travers le Cesu (Chèque emploi service universel, NDLR). On fait un système comme le chômage partiel. Nous prendrons le décret dans les heures qui viennent, pour que ce soit opérationnel tout de suite, cette semaine", a fait savoir la ministre du Travail.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.