Coronavirus : Olivier Véran recommande le port du masque en extérieur dans certains cas

Coronavirus : Olivier Véran recommande le port du masque en extérieur dans certains cas
Olivier Véran, le 21 juillet 2020, à Paris

, publié le jeudi 30 juillet 2020 à 10h30

Le ministre de la Santé est favorable au port du masque en extérieur. C'est ce qu'a affirmé Olivier Véran ce mercredi, lors d'un déplacement sur un site de logistique d'envoi de masques gratuits dans les Yvelines, en Ile-de-France.  

Considéré un temps comme inutile, le port du masque en extérieur est finalement "recommandé dans certains cas".

C'est ce qu'a fait savoir Olivier Véran, mercredi 29  juillet.

En déplacement dans les Yvelines pour superviser l'envoi de 50 millions de masques aux foyers les plus modestes, le ministre de la Santé a appelé à la prudence face au risque de reprise de l'épidémie de Covid-19, soulignant que "l'activité virale est en augmentation dans certains endroits de notre pays". 


Cette recommandation fait déjà office de règle en Mayenne, où les regroupements de plus de dix personnes sont également interdits pour lutter contre la propagation de l'épidémie. Une centaine de villes et de stations balnéaires, notamment sur la côte Atlantique, imposent aussi le port du masque en extérieur ou sur les marchés ouverts.  

Risque de transmission par l'air 

"L'OMS reconnaît depuis quelques jours un risque sérieux de transmission aérosol du virus, notamment quand il y a des concentrations de personnes", a expliqué Olivier Véran. "Si vous êtes dans une rue où il y a plusieurs personnes qui vont se balader et vous n'êtes pas sûr de pouvoir garder la distance, je recommande le port du masque en extérieur". 

Le ministre de la Santé a précisé qu'une telle obligation sera décidée "territoire par territoire, en fonction de la situation sanitaire". "Ce sera le cas à chaque fois que ce sera nécessaire", a-t-il martelé. 

Olivier Véran a également indiqué qu'il y avait des discussions avec le préfet et le directeur de l'Agence régionale de santé (ARS) du Nord envisageant de rendre le port du masque obligatoire en extérieur, "compte tenu de la proximité avec la Belgique".

De son côté, la préfecture du Nord a indiqué à l'AFP attendre "les derniers chiffres consolidés de l'ARS sur le taux d'incidence dans la soirée". Sur cette base notamment, "une décision sera prise jeudi matin avec le ministère. Si des mesures devaient être prises, ce sera alors pour une mise en application rapide, dès ce week-end", a-t-elle indiqué. 

En plus de la proximité de la Belgique, "des constats locaux de relâchement dans les comportements et d'une augmentation notable du nombre de cas" justifierait ces mesures, ajoute la préfecture.

Risque de résurgence de l'épidémie en France 

N'excluant pas la possibilité d'une résurgence de l'épidémie en France, même si ce n'est pas le cas pour le moment, Olivier Véran a pris pour exemple la Belgique ou la Catalogne, où, "il y a dix jours, il n'y avait pas de deuxième vague et où ils sont désormais en difficulté".

Il a conclu son propos par un appel, s'adressant "d'abord aux publics vulnérables". "Les gens porteurs de maladies, de fragilités et les gens qui sont âgés doivent limiter les contacts" et surtout "ne pas hésiter à porter un masque y compris en espace extérieur".

"Le deuxième appel, c'est pour la jeunesse", a poursuivi le ministre de la Santé. "Il faut pouvoir profiter de la vie et des vacances mais il faut aussi se protéger et protéger les autres". 
 
"Nous enregistrons des 'clusters' (foyers épidémiques) qui sont amenés souvent par des activités festives", a insisté le ministre, faisant référence à Quiberon, dans le Morbihan, où des rassemblements, notamment chez les 18-25 ans, ont engendré des dizaines de contaminations. 

"On n'est pas à l'abri parce qu'on est jeunes et on est encore moins à l'abri de transmettre", a-t-il insisté. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.