Coronavirus : les nouvelles mesures annoncées par Olivier Véran

Coronavirus : les nouvelles mesures annoncées par Olivier Véran
Le ministre des Solidarités et de la Santé à l'Elysée, le 23 septembre
A lire aussi

, publié le mercredi 23 septembre 2020 à 20h15

"La situation continue de se dégrader". Alors que les marqueurs de l'épidémie de Covid-19 s'aggravent, Olivier Véran a tenu sa conférence de presse hebdomadaire mercredi 23 septembre, dévoilant des nouvelles mesures très attendues dans l'Hexagone.

Le ministre des Solidarités et de la Santé a insisté sur le fait que ces nouvelles mesures sont "adaptées pour chaque territoire", présentant une carte de la France divisée en plusieurs zones d'alerte au sein desquelles des mesures de restriction pourront être durcies. 


"Une des caractéristiques de la situation actuelle est que le virus est particulièrement fort dans les grandes métropoles". Olivier Véran a présenté ce mercredi en conférence de presse les nouvelles mesures de restriction pour lutter contre l'épidémie de coronavirus qui s'appliqueront dès ce samedi, en fonction des territoires et de la circulation du virus. Limitation du nombre de personnes lors des rassemblement privés et publics, fermeture des bars et restaurants dans les zones les plus tendues ou encore fermeture des salles de sport et de gymnase... ces mesures seront "décidées en concertation" entre les préfets et les élus locaux tous les 15 jours.

Le ministre de la Santé a ainsi présenté une nouvelle cartographie de la France ,divisée en zones plus ou moins sensibles au virus. Dans les départements classés "rouge", "plusieurs seuils d'alerte existent", a-t-il expliqué : la zone "alerte", où le virus circule activement, qui concerne 69 départements (où le taux d'incidence est supérieur à 50 pour 100 000 habitants) ; la "zone d'alerte renforcée", élargie à 8 métropoles : Lille, Toulouse, Saint-Étienne, Paris et sa petite couronne, Rouen, Grenoble et Montpellier ; et la "zone d'alerte maximale", qui concerne la métropole d'Aix-Marseille et la Guadeloupe. 


Onze villes placées en zone d'alerte renforcée

Les zones d'alerte renforcées sont celles où le virus "circule très fortement, y compris chez les personnes âgées avec un impact sur le système de santé", a expliqué Olivier Véran. Le ministre de la Santé a désigné huit métropoles qui sont concernées par ce seuil, où le "niveau d'incidence du virus est au dessus de 150 pour 100 000 habitants"et où des mesures restrictives s'appliqueront dès samedi.

Paris, Lille, Toulouse, Saint-Etienne, Rennes, Rouen, Grenoble, Montpellier, plus Bordeaux, Lyon et Nice sont concernées. A compter de samedi, ces villes feront l'objet de nouvelles mesures : 

- La jauge maximale pour les grands événements va être abaissée à 1.000 personnes, contre 5.000 jusqu'ici

- Les rassemblements seront limités à 10 personnes dans l'espace public

- Les bars devront fermer à 22 heures, les fêtes locales et étudiantes seront interdites. Cette mesure prendra effet dès lundi.

- Les salles des fêtes et polyvalentes seront également fermées

Le ministre de la Santé a ajouté que dans ces zones, le télétravail est à privilégier, "en particulier pour les personnes les plus à risque", appelant à respecter les gestes barrières, et la limitation des rassemblements dans l'espace privé. 

Marseille et la Guadeloupe en alerte maximale

Dans les zones d'alerte maximale, où le taux d'incidence est supérieur à 250 pour 100 000 habitants, les bars et restaurants seront totalement fermés, a indiqué le ministre, précisant que les"enterrements ne seront pas concernés par une restriction ou une interdiction". "Si la situation sanitaire devait encore s'aggraver dans ces territoires, l'état d'urgence sanitaire sera instauré", a prévenu Olivier Véran.

Ce niveau est le dernier avant l'état d'urgence sanitaire, selon le nouveau classement des autorités. En outre, onze autres métropoles sont en "zone d'alerte renforcée", le niveau juste en dessous: Paris, Lille, Toulouse, Saint-Etienne, Rennes, Rouen, Grenoble, Montpellier, plus Bordeaux, Lyon et Nice, qui s'y trouvaient déjà.


 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.