Coronavirus : les anciens malades appelés à faire un bilan pulmonaire

Coronavirus : les anciens malades appelés à faire un bilan pulmonaire
Un médecin ausculte un patient en convalescence.

publié le jeudi 23 juillet 2020 à 13h45

Des séquelles pulmonaires peuvent toucher les anciens malades du Covid-19, même ceux qui n'ont eu que peu de symptômes. 

Parmi les centaines de milliers de Français aujourd'hui "guéris" du Covid-19, combien gardent des séquelles qu'ils ignorent ? Les pneumologues tirent la sonnette d'alarme et appellent les anciens malades du coronavirus à établir des bilans pulmonaires, même s'ils ont le sentiment d'être totalement guéris. 



En effet, les anciens malades du Covid-19 peuvent garder des séquelles pulmonaires, même s'ils n'ont été que peu touchés par la maladie, comme l'explique la professeure Chantal Hérisson, présidente de la Société de pneumologie de langue française, jeudi 23 juillet sur franceinfo. "Il n'y a pas besoin d'avoir fait une forme sévère pour avoir des séquelles", souligne-t-elle, précisant qu'"on entend par séquelles le fait de continuer, par exemple, à avoir un essoufflement quelques semaines ou quelques mois après l'infection, ou continuer à tousser, ou encore à voir des anomalies quand on va souffler dans une machine pour mesurer le souffle". 


"Ces séquelles peuvent être même le signe d'une forme chronique d'atteinte des poumons", prévient-elle. Or avec une prise en charge "précoce" et adaptée, il est possible de retrouver ses capacités respiratoires. "On a pu voir notamment que les patients qui étaient pris en charge avec ce qu'on appelle une réhabilitation à l'exercice, du ré-entraînement à l'effort, avaient une amélioration de leur capacité respiratoire. Il n'y a pas de fatalité", assure-t-elle.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.