Coronavirus : le télétravail est toujours "recommandé et très encouragé" dans les zones d'alerte, avertit Olivier Véran

Coronavirus : le télétravail est toujours "recommandé et très encouragé" dans les zones d'alerte, avertit Olivier Véran
(Photo d'illustration)

, publié le lundi 28 septembre 2020 à 17h52

Olivier Véran a encouragé le recours au télétravail "pour les gens porteurs de maladie, dans les zones d'alerte renforcée et les zones d'alerte maximale", a détaillé le ministre de la Santé dimanche 27 septembre au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI.

C'est une pratique qui a - dès que cela était possible - été massivement adoptée durant le confinement, bousculant les habitudes des Français, pour tenter d'éviter la propagation du Covid-19. Le télétravail est toujours préconisé, Olivier Véran a assuré dimanche 27 septembre qu'il était "recommandé et très encouragé, dès que c'est possible, pour les gens porteurs de maladie, dans les zones d'alerte renforcée et les zones d'alerte maximale."

"Il ne faut pas avoir peur du télétravail", a ainsi martelé le ministre de la Santé au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI.

"C'est une mesure importante et c'est une mesure efficace, dans le sens ou le télétravail, ça fonctionne", a-t-il assuré.



Les syndicats réclament que le télétravail soit cadré

Le patronat a finalement accepté mardi d'ouvrir une négociation sur le télétravail, avec une première réunion programmée le 3 novembre. La décision a été saluée prudemment par les syndicats, qui réclament de cadrer cette pratique.

Le secrétaire général de la CFDT estime que l'application de cette forme de travail à un niveau plus global qu'aujourd'hui doit se faire sous plusieurs conditions : il doit être "sur la base du volontariat", "être réversible" et "de bonnes conditions matérielles en termes informatiques et ergonomiques" doivent être assurées. "Ce serait complètement idiot de la part du patronat de ne pas s'engager dans ces discussions et j'ai bon espoir qu'il le fasse", a insisté Laurent Berger.

Pour le ministre de la Santé, "il y a aussi le bon sens qui opère". "On ne peut pas être derrière chaque entreprise", a-t-il ajouté.

"Quand vous êtes à la tête d'une entreprise (...) qui peut tourner avec des salariés qui travaillent de la maison, c'est à vous de les encourager", a rappelé Olivier Véran.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.