Coronavirus : le maire de Mougins lance un ultimatum après la mort de 29 résidents d'un Ehpad

Coronavirus : le maire de Mougins lance un ultimatum après la mort de 29 résidents d'un Ehpad
Il y a eu 29 décès dans un Ehpad de Mougins, soit plus d'un quart des résidents (illustration).

, publié le samedi 04 avril 2020 à 10h55

Richard Galy, maire de la ville de Mougins et médecin généraliste, exige que les résidents et le personnel d'un Ehpad de sa ville soient testés après le décès de plus d'un quart des personnes âgées en lien avec le coronavirus. 

"C'est une hécatombe", s'alarme Richard Galy, le maire de Mougins, dans les Alpes-Maritimes. Le nombre de décès dans un Ehpad de cette ville de la Côte d'Azur a encore augmenté et atteint 29 morts en lien avec le coronavirus, soit un quart de ses résidents, a indiqué vendredi 3 avril l'édile Les Républicains. 




"De jour en jour, le nombre de personnes touchées a augmenté ainsi que le nombre de morts, maintenant on en est à 29. C'est quelque chose d'apocalyptique, c'est une hécatombe", a dit à l'AFP Richard Galy, médecin généraliste et maire de Mougins depuis 2001, qui se montre très critique envers le propriétaire de cet établissement pour personnes âgées dépendantes et l'Agence régionale de santé (ARS).

"Ultimatum"

"A la suite de la réunion de crise de ce jour dont il n'est sorti aucune décision concrète, je ne peux plus faire confiance ni à Korian (le propriétaire) ni à l'ARS dans la gestion de cette tragique situation où chaque minute compte", a-t-il fustigé dans un communiqué intitulé "coup de gueule du maire".

"Ça fait quasiment deux semaines que je demande de tester tout le monde (...) Nous sommes le 3 avril et aujourd'hui il semblerait que la moitié du personnel soit testée mais les résidents toujours pas", a-t-il poursuivi en ajoutant: "C'est un ultimatum : d'ici à lundi matin, il faut que tout le personnel et tous les résidents soient testés, et des travaux réalisés pour isoler de manière hermétique le bloc sain du bloc malade".

Un porte-parole de l'établissement, joint par l'AFP, a confirmé "avoir communiqué 29 décès à l'ARS" et "démarré le dépistage des soignants ce vendredi avant un dépistage des résidents prévu lundi". "L'établissement doit être organisé en deux secteurs distincts et étanches", a-t-il dit. 

Les résidents relogés ?

"Si ce n'est pas possible, je demanderai la réquisition de l'hôtel pour sauvegarder les personnes qui sont pour l'instant en bonne santé car à mon avis, elles n'ont aucune chance de s'en sortir en restant dans l'établissement, c'est dramatique", a-t-il protesté. Lors d'une nouvelle réunion de crise vendredi, le dr Galy a déjà proposé que les résidents non malades soient relogés dans un hôtel réquisitionné sous la surveillance d'une petite équipe médicalisée mais il a essuyé un refus, en raison de normes invoquées lors de la discussion associant l'ARS, la sous-préfecture de Grasse et le groupe Korian.

"De quelles normes parle-t-on lorsqu'il s'agit de sauver des vies? La seule norme absolue est de secourir au plus vite les résidents", écrit-il dans son communiqué. Le maire LR a aussi exigé "que l'établissement Korian assure la communication qu'il doit aux familles livrées à elles-mêmes et qui m'interrogent chaque jour car sans nouvelles de leurs proches". Rien n'interdit aux familles de venir chercher leurs proches ou parents, sous réserve de certaines précautions sanitaires, a-t-il rappelé.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.