Coronavirus : "la seconde vague est là", prévient le président du syndicat Samu-Urgences de France

Coronavirus : "la seconde vague est là", prévient le président du syndicat Samu-Urgences de France
Un patient hospitalisé à Saint-Denis cause du coronavirus, en juillet 2020.

, publié le dimanche 20 septembre 2020 à 09h30

Selon l'urgentiste, il faut s'y préparer pour éviter le pire. 

Alors que les contaminations au Covid-19 repartent à la hausse et que le taux de positivité augmente, il faut s'organiser pour éviter le pire, prévient François Braun, président du puissant syndicat Samu-Urgences de France, et chef des urgences du CHR de Metz-Thionville (Moselle). Dans un entretien au Parisien publié dimanche, l'urgentiste explique que si les hôpitaux ne sont pas saturés, "on sent qu'on est à un point de bascule". "Depuis une dizaine de jours, on assiste à une augmentation assez importante de cas et cette hausse est constante de jour en jour. La seconde vague est là et il est temps de s'y préparer", souligne-t-il, ajoutant que l'hôpital s'attend à "un mois d'octobre compliqué".  



Les hôpitaux risquent-ils la saturation ? "Tout dépendra des comportements individuels. Si chacun respecte les gestes barrière, peut-être la circulation du virus sera-t-elle moins rapide, c'est ce qu'il faut espérer afin qu'on ne revive pas le pic brutal du printemps dernier", explique l'urgentiste, d'autant que les soignants sont "épuisés" et "désabusés". 

"Partout prédomine, après le Ségur de la santé, le sentiment de s'être fait rouler dans la farine, particulièrement dans les services d'urgences. Je suis inquiet des réactions possibles à venir, car en plus du Covid-19, nous nous attendons à voir défiler aux urgences tous ceux que la crise sociale va broyer", s'inquiète François Braun qui appelle le gouvernement à "prendre au sérieux cette nouvelle vague" et à "s'assurer que l'ensemble de l'hôpital est prêt". "Puisqu'il faut 'vivre avec le Covid-19', alors organisons-nous de façon structurelle, pérenne", ajoute le syndicaliste. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.