Coronavirus : la crainte des laboratoires de voir une explosion des dépistages « de confort » avant Noël

Coronavirus : la crainte des laboratoires de voir une explosion des dépistages « de confort » avant Noël©Panoramic

, publié le mardi 08 décembre 2020 à 16h55

Au micro d'Europe 1, le président du syndicat national des biologistes François Blanchecotte alerte sur un possible engorgement des laboratoires. À l'approche des fêtes de fin d'année, il craint que les Français tentent tous de se faire dépister même s'il n'y a parfois pas d'urgence.

Les fêtes de fin d'année approchent et en pleine crise sanitaire, cela pourrait constituer un véritable casse-tête pour les autorités sanitaires.

Invité à s'exprimer au micro d'Europe 1, mardi 8 décembre, François Blanchecotte, président du syndicat national des biologistes, appelle les Français à être raisonnables lorsqu'il s'agira de se faire dépister ou non contre le coronavirus. Des dérives pourraient causer de réels soucis d'organisation pour les professionnels de santé à l'approche de Noël.



Lors de cette fin d'année, les regroupements risquent de se multiplier, que cela soit pour célébrer Noël ou même le réveillon du nouvel an. François Blanchecotte craint alors qu'à l'image de ce qui s'est passé cet été lors des vacances, beaucoup de Français effectuent un test « de confort », pour s'assurer de ne pas être porteur du virus mais sans réellement ressentir des symptômes ou avoir été identifiés comme cas contact.

« Il faut distinguer les gens qui ont des symptômes, ceux qui toussent, ont de la fièvre... Ceux-là doivent absolument aller voir un médecin. On peut faire à ce moment-là du test antigénique ou du test PCR », a ainsi souhaité rappeler le président du syndicat national des biologistes.

Ne pas se faire tester à tout prix

François Blanchecotte en appelle à la responsabilité des Français. Il souligne notamment que la priorité doit réellement être donnée à ceux qui ont une « raison fondamentale de se faire tester ». Même dans le cas des personnes asymptomatiques, si elles suivent bien le protocole et les gestes barrières recommandés, le dépistage ne sera pas forcément nécessaire.

Si le biologiste insiste autant, c'est qu'il craint de se retrouver face à un manque de moyens durant cette période de l'année. 500 000 à 600 000 tests ont lieu chaque jour en France mais, avec une multiplication de tests dits « de confort », « les labos et même les praticiens, les officines, n'auront pas la possibilité de faire tous ces tests en même temps ». Un récent sondage Ifop indiquait que 26% des personnes interrogées comptaient se faire tester avant de se réunir en famille.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.