Coronavirus : la bouleversante histoire d'une petite fille sans identité

Coronavirus : la bouleversante histoire d'une petite fille sans identité ©Panoramic

publié le mardi 03 novembre 2020 à 19h18

Comme le rapporte Le Figaro, un nouveau-né n'a pu être déclaré à l'état civil par ses parents, à Marseille, en raison de leur positivité au coronavirus.

La maternité de la Clinique Bouchard à Marseille a été le théâtre d'une histoire bouleversante. Comme le rapporte Le Figaro, Noa, une petite fille née il y a un mois, n'est toujours pas déclarée à l'état civil.

La raison ? Ses parents, tous deux positifs au test du coronavirus et, par conséquence, en quarantaine, n'ont pu faire les démarches administratives requises. "Ma femme venait consulter car elle était à terme et ils ont décidé de déclencher l'accouchement parce qu'elle avait le covid", indique au Figaro Ruben, le père de Noa, dont le prénom a été modifié par le quotidien. Comme le précise Le Figaro, la maman a donc donné naissance à son enfant alors qu'elle état fiévreuse, isolée, dans une salle particulière de la maternité, avec des précautions sanitaires renforcées. "Je n'ai même pas pu aller à la maternité et je ne pouvais confier mes deux autres enfants à personne car ils étaient cas contact", déplore de son côté le papa.

Après avoir finalement été testé négatif, ce dernier s'est alors précipité à la mairie du VIe secteur de Marseille pour signaler la naissance de sa fille. Mais le personnel de l'état civil lui a indiqué que le délai des cinq jours autorisés était dépassé. Face à cette impasse administrative, les deux parents ont donc saisi le Tribunal de Grande Instance. L'avocat du couple, interrogé par Le Figaro, dénonce "une situation ubuesque et un vide juridique. Les parents sont punis d'avoir respecté la loi. Ils pourraient même être accusés d'être hors-la-loi en ne déclarant pas leur fille et risquer six mois de prison et 3750 euros d'amende." Epuisé par ce recours, le père de Noa espère malgré tout une issue rapide pour profiter "sereinement" de son enfant

Vos réactions doivent respecter nos CGU.