Coronavirus : en Mayenne, "on est train de casser la courbe" de l'épidémie, assure Olivier Véran

Coronavirus : en Mayenne, "on est train de casser la courbe" de l'épidémie, assure Olivier Véran
Olivier Véran au "Ségur de la Santé" le 13 juillet 2020

, publié le lundi 20 juillet 2020 à 22h00

Alors que la Mayenne compte plusieurs foyers de contamination de Covid-19, le ministre de la Santé, en visite dans ce département, s'est félicité lundi 20 juillet de l'évolution sanitaire, soulignant toutefois que l'épidémie n'est toujours pas derrière nous.

C'est une "bonne nouvelle" pour la Mayenne. C'est par ces mots qu'Olivier Véran, le ministre de la Santé s'est réjouit ce lundi de la réduction du nombre de cas de contaminations de Covid-19 dans ce département, où l'épidémie préoccupe les autorités sanitaires depuis plusieurs jours.


"On est en train de casser la courbe" de l'épidémie, a-t-il déclaré lors d'une visite sur place.

"Sur 100 tests qu'on faisait, il y avait jusqu'à 8 à 9 tests positifs au début. Puis ça a été 5, et maintenant c'est 3", a affirmé le ministre. "Ça veut dire qu'on augmente le nombre de tests et on en trouve moins statistiquement et proportionnellement. Ça ne veut pas dire que c'est derrière nous mais ça veut dire qu'on est en train de casser la courbe, et c'est ce qu'on cherche à faire", a-t-il expliqué. 

Depuis plusieurs jours, le département du pays de la Loire, dans l'ouest suscite l'inquiétude face à l'augmentation du nombre de cas de contaminations de Covid-19, constituant des "signes inquiétants de reprise épidémique sur le territoire national", avait souligné Olivier Véran. Lundi matin, le ministre de la Santé a alerté sur Franceinfo, alertant qu'il y avait entre 400 et 500 clusters en France et que les rassemblements familiaux étaient propagateurs de la maladie.

Face à la recrudescence de l'épidémie, la Mayenne avait étandu le port du masque obligatoire à tout son département dès vendredi soir. Une obligation qui est devenue règle nationale ce lundi. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.