Coronavirus : en Mayenne, l'épidémie a dépassé le seuil d'alerte, les élus demandent de l'aide

Coronavirus : en Mayenne, l'épidémie a dépassé le seuil d'alerte, les élus demandent de l'aide
Une campagne de dépistage a été lancée à Laval le 9 juillet dernier.

, publié le mercredi 15 juillet 2020 à 18h45

50,1 nouveaux cas pour 100 000 habitants ont été détectés en une semaine dans le département, d'après l'agence Santé Publique France.


Alors que le président de la République a annoncé le 14 juillet que le port du masque serait obligatoire dans les lieux publics clos à partir du 1er août, le président du conseil départemental de la Mayenne Olivier Richefou (UDI) a réclamé mercredi un arrêté préfectoral en ce sens.

"On est capable de confiner la France en 48 heures et il faudrait attendre trois semaines pour obliger à porter un masque? C'est presque risible", a souligné Olivier Richefou.La veille, il avait déjà demandé sur Twitter un arrêté préfectoral sur le sujet. "Il y a urgence!", avait-il estimé.


C'est en bon chemin", a estimé M. Richefou mercredi, en affirmant avoir échangé "à deux reprises" avec le préfet sur le sujet. Selon l'élu, l'arrêté préfectoral devrait rendre le port du masque obligatoire dans les lieux publics clos des communes proches des foyers de coronavirus, tels que Laval, Craon ou Château-Gontier.

La préfecture de la Mayenne a affirmé qu'il n'y avait "pas d'arrêté signé pour le moment", sans plus de précision. Une campagne de tests a été lancée dans le département.  En Mayenne, on a observé un doublement du nombre de personnes hospitalisées, passé de 8, il y a une semaine à 16 au 14 juillet. 
 Santé Publique France précise qu'un délai pouvant aller jusqu'à 9 jours peut intervenir dans la remontée du nombre de cas par les laboratoires et agences régionales de santé, et que les données transmises sont provisoires et peuvent être corrigées ultérieurement. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.