Coronavirus en Ile-de-France : "la situation est grave", alerte Martin Hirsch, directeur de l'AP-HP

Coronavirus en Ile-de-France : "la situation est grave", alerte Martin Hirsch, directeur de l'AP-HP©Panoramic

, publié le mardi 13 octobre 2020 à 11h00

La nouvelle vague de la pandémie de Covid-19 remplit inéluctablement les services de réanimation d'Ile-de-France. Le patron de l'AP-HP appelle, mardi 13 octobre, dans Le Parisien, les Français à réduire leurs interactions sociales.

Martin Hirsch est sûr de lui et de ses calculs. "Aux alentours du 24 octobre, il y aura au minimum entre 800 et 1 000 patients Covid dans les services de réanimation d'Ile-de-France, soit environ 70% à 90% de nos capacités actuelles. Cela est inéluctable. La situation est grave", explique dans Le Parisien le directeur de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, qui regroupe 39 hôpitaux de la région. Soit dans dix jours. Lundi 12 octobre, Aurélien Rousseau, directeur général de l'Agence régional de santé, déclarait sur BFMTV que 473 malades atteints du Covid-19 étaient actuellement hospitalisés en réanimation, soit 42% des lits occupés.

"Environ 20% des interventions non prioritaires sont en cours de déprogrammation. Personne ne veut qu'un choix soit fait entre des patients ou entre des pathologies. C'est donc aujourd'hui même qu'il faut agir. Nos comportements immédiats vont déterminer l'étape d'après", poursuit-il dans le quotidien, prônant davantage de télétravail et une diminution "nette des interactions sociales". Selon le patron de l'AP-HP, les Français et notamment les Franciliens doivent accepter de se voir imposer des mesures plus restrictives afin de limiter les dégâts. "Nous devons, vous, moi, tout le monde, avoir 20% de contacts sociaux en moins", insiste Martin Hirsch.


La situation à l'hôpital Bichat, dans le 18e arrondissement de Paris, illustre les propos du patron de l'AP-HP. Quelque 1 539 patients y étaient hospitalisés lundi 12 octobre selon Le Parisien. C'est presque autant qu'au moment du confinement en mars. Dans les quinze prochains jours, "les soignants vont être mis à rude épreuve", a prévenu Jean Castex lundi matin. Le Premier ministre n'a pas surpris le Pr Jean-François Timsit. Le chef du service de réanimation médicale et des maladies infectieuses de l'hôpital Bichat avait déjà averti le 29 septembre sur BFMTV : "Dans 15 jours, on va se prendre une raclée" en Île-de-France.

Mardi dans Le Parisien, il renchérit : "L'étau se resserre, la foudre va bientôt nous tomber sur la figure". Lui a déjà commencé à se réorganiser pour tenter de pouvoir accueillir davantage de patients Covid-19 dans son service. "Si la courbe épidémique ne s'aplatit pas, on ne tiendra pas le coup". Lundi, sur BFMTV, le directeur général de l'Agence régionale de santé de l'Ile-de-France confirmait que la situation épidémique se dégradait, alors que 17% des tests de dépistage réalisés étaient positifs au Covid-19, "un chiffre qu'on n'avait jamais atteint".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.